Le congrès de MPS tenu en grande pompe les 19, 20 et 21 octobre 2012 à N’djaména avait ravivé les espoirs et attisé les ambitions des baministes qui se sentaient depuis belle lurette oubliés dans les tiroirs des archives de l’histoire. En effet, Deby avait multiplié des gestes et des confidences auprès de ses bouffons et autres apparentés pour faire passer le message suivant : le MPS est accaparé par des opportunistes  et des voleurs de la République, ceux-là ont vidé la révolution de sa substance, il faudrait revenir à l’orthodoxie révolutionnaire prônée par le fameux congrès de Bamina.


A la sortie du congrès, la première déception fut la nomination de Mr Beyom Adrien comme secrétaire général de Mps. Bon nombre des militants faisaient circuler dans les couloirs du congrès les noms de plusieurs pointes du MPS, en particulier les baministes, mais pas celui de Beyom.  Et ce, pour deux raisons : d’abord le train-train quotidien de Beyom ne sied pas avec la fonction de secrétaire général du parti au pouvoir, ensuite Beyom n’est pas un baministe stricto sensu – certes, il faisait partie de ce qu’on appelait «le groupe de Ouaga», c’est-à-dire les tous premiers cadres à adhérer au MPS. Les projecteurs étaient plus tôt orientés vers le général Nadjita Béassoumal (le doyen), l’éternel candidat Mahamat Ali Abdallah et le revenant Ahmat Soubiane. Mais quelle ne fut pas la surprise des militants de voir Deby sortir de sa poche Beyom tout fraichement coiffé et ayant visiblement passé par la boutique du coin pour avoir une veste et une cravate pour la cérémonie.


Après la pilule de Beyom, Deby a récidivé en désignant le Ministron de la Justice pour préparer les festivités du MPS à Biltine. Les baministes originaires de Wadi Fira ont vu plus qu’un bras d’honneur en leur direction. Alors, ils ont tous fait cause commune, en remuant ciel et terre pour balayer ledit Ministron de ses responsabilités à cause, dit-on, des détournements des fonds mis à sa disposition pour les préparatifs de la fête. Par Premier ministre interposé, il désigna à la place du déchu une équipe composée des poids lourds de Bamina. Mais c’est sans compter avec la persévérance du Ministron, qui se battra jusqu’au bout pour se faire médailler le jour de la fête : A Mahamat Ali, le discours, au Ministron Djiddo la médaille. Les effets de leur querelle continuent  à ce jour avec des commissions de contrôle et de plaintes…. Ce geste anodin de retournement n’a pas attiré l’attention de nos fameux baministes. Les quelques rencontres autour de Deby et les informations savamment distillées  ont fait renaître de l’espoir au sein des baministes  pour la prochaine nomination du PM. Des coups bas, des combinaisons et des supputations les plus alambiquées ont eu cour après le séjour du despote à Biltine pour le choix d’un futur Premier Ministre. Après avoir procédé par élimination selon les critères qui siéent à chacun des prétendants, Nadjita Béassoumal et Ahmat Hassaballah Soubiane semblaient remplir les critères requis. Si ce n’est pas l’un, alors ce sera l’autre. A la formation du nouveau gouvernement, tous les ministères de souverainetés reviendraient aux baministes selon les confidences du despote, donc personne ne sera perdant, et out le petit Djiddo.


Naïveté, quand tu nous tiens ! Le nouveau locataire de la Primature possède à lui seul tous les qualificatifs que les baministes récusaient : transfuge et ex-mouvancier ! C’est la consternation générale, surtout après la formation du gouvernement dans lequel on ne trouve qu’un seul baministe dans un ministère de seconde main.


Le second coup de massue,  propre à la façon Deby viendra du second gouvernement Joseph. Plus de baministes au gouvernement, plus de baministes au Cabinet du Président. Il y en avait un qui aurait cru car il s’était préparé avec la complicité de Joseph pour occuper un ministère qui serait à sa dimension. Mais c’est sans compter avec Deby !


Mouvement d’humeur, peut être passager,  mais ça ronronne dans les rangs des baministes : Comme aux préparatifs de la fête de Biltine,  les baministes ont pris le « maquis » qui ne dit pas son nom et ont allumé leurs grosses artilleries de dénigrement orientées vers le nouveau premier ministre Joseph. Un travail de sape et de manigance ayant pour principal objectif de déstabiliser le gouvernement Joseph se met progressivement en place. Pour Deby et Joseph, ceux-là peuvent continuer à piailler car ils ne valent même plus leurs ombres!


Car Deby les connaît trop bien, ils n’iront nulle part.  Ces individus s’époumonent inutilement dans leurs manœuvres, et d’ailleurs hormis Nadjita et Paul Mbainedoum,  la plupart d’entre eux ont pris les armes contre Deby avant de revenir, tout petit, la tête dans la farine, attraper les pieds de leur seigneur en pleurnichant. Alors, pendant que vous y êtes, restez pour manger tout ce que vous avez amassé. Heureux que personne ne vous demande des comptes.

Correspondance particulière

 

253 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article