Message de soutien de l’ACTUS/prpe au syndicat UST et à la presse tchadienne bâillonnée. Après notre déclaration en date du 09 septembre 2012  de solidarité  et de soutien  militante  à la grève générale des  fonctionnaires  et à l’Union  des Syndicats du Tchad (UST), notre  parti, ACTUS/prpe condamne avec véhémence les sanctions  judiciaires scélérates  infligées aux Leaders syndicaux et au directeur  de publication  du journal indépendant N’Djamena Bi-Hebdo. En effet, le 18 septembre  2012, une parodie de justice, sous contrôle absolu depuis 22 ans du pouvoir dictatorial du Général président Déby a condamné  le président du syndicat UST M.Michel Barka, son vice-président, Younous Mahadjir, et son secrétaire général, François Djondang, à la prison 18 mois de prison avec sursis et chacun à une amende d’un million de francs CFA. Ils ont été reconnus coupables d’ « incitation à la haine tribale » pour avoir fait circuler une pétition dénonçant l’«arbitraire du pouvoir Deby, la mal gouvernance, le népotisme, la dilapidation des deniers publics…».

Quant au journaliste Jean-Claude Nekim, il a été condamné pour « diffamation » à un an de prison avec sursis, une amende de 1500 euros et trois mois de suspension de parution de N’Djamena Bi-Hebdo. L’affront qu’il a commis contre le pouvoir, c’est d’avoir  publié un extrait de la pétition de syndicalistes dénonçant la gestion ubuesque du pouvoir  qui refuse d’honorer l’accord  de revalorisation des salaires, conclue avec le syndicat UST en 2011. Le sommet de la manifestation de la « justice » en dictature a été atteinte quand un travailleur présent dans la salle pendant l’audience  a été condamnée séance tenante à 3 mois de prison ferme pour outrage à magistrat en laissant éclaté son sourire à l’annonce du verdict.

Notre Parti, ACTUS/prpe adresse ici solennellement  ses vives félicitations aux médias tchadiens qui ont eu le courage de cosigner l’édition spéciale du 27 septembre 2012  « Le  Journal des Journaux » en solidarité avec leur confrère de N’Djaména Hebdo condamné. Cette parution a publié la pétition du syndicat UST pour laquelle le journaliste Jean-Claude Nekim fut traduit en justice. C’est une belle victoire 

inédite pour la liberté d’expression dans notre pays. Ces médias tchadiens courageux et qui force l’admiration sont : N’Djamena Bi-Hebdo, Le Miroir,  Le Temps, Notre Temps, L’Observateur, Tchad et Culture , Journal Al batha, Al -Hayah, Al-Adwaa, Al-Ayam, N’djamena Al- djadida, La Voix, Union des Journalistes tchadiens, Association  des Editeurs de la presse privée au Tchad, Union des Radios privées du Tchad, Radio FM Liberté Les travailleurs tchadiens dont les conditions de vie sont   extrêmement dures pour cause de maigres salaires et de surcroît accusant plusieurs mois d’arriérés, ont le droit de manifester pour exiger leurs rémunérations.  

Selon le ministre tchadien des Infrastructures, Adoum Younoussmi, le Tchad produit  « en moyenne 120.000 barils de pétrole par jour », qui lui ont rapporté entre 2004 et 2011  «3000 milliards de francs 

CFA» (4,5 milliards d’euros) [Source:Francetv.fr du 31 mai 2012].Les ressources financières existent.
 
 
Elles sont largement suffisantes pour honorer en totalité les légitimes revendications des travailleurs.Cependant, elles sont malheureusement détournées par le clan présidentiel  dont les richesses  sont confondues à leur propriété privée.   Le subterfuge trouvé par le gouvernement afin de désamorcer provisoirement la crise  est de faire intervenir les chefs religieux (catholiques et musulmans) dans la médiation entre le pouvoir et le syndicat. 

La suspension de la grève pour une durée d’un mois alors que celle-ci durait depuis deux mois  sans que le gouvernement daigne satisfaire la moindre parcelle des accords de revalorisation de 2011. Cette stratégie  de pourrissement  de la grève adoptée par le  gouvernement ne serait-elle pas un piège ? Nous osons encore espérer que les travailleurs tchadiens et les syndicats, ne se laisseraient pas par arnaquer par le respect qu’ils auraient pour les religieux. Les chefs religieux  ne seraient-ils pas euxmêmes piégés par le gouvernement qui les utiliseraient dans sa stratégie de pourrissement de la grève ? 

L’histoire nous prouverait si les chefs religieux sont aux côtés du peuple tchadien qui souffre  et lutte contre la tyrannie de Déby vieille de 22 ans.

Deux années de mépris des travailleurs et d’engagements non tenus par le gouvernement, deux mois de grève  royalement ignorés par le pouvoir, une suspension provisoire d’un mois de  la grève pour  des 

nouvelles négociations alors que les négociations ont déjà débouchés sur les accords de 2011, notre parti estime que le mépris  des travailleurs par ce régime a atteint le seuil de l’inacceptable. La nature  criminelle de ce régime et sa spécialité à violer systématiquement tous les accords qu’il a signés, ne laissent aucune place au moindre optimisme. Les travailleurs tchadiens et le syndicat ne 
doivent pas baiser la garde. Ils doivent exiger l’application totale, stricte,  immédiate et inconditionnelle de l’accord de revalorisation salariale de 2011. Ce droit à une vie décente  n’est pas négociable. Le gouvernement  doit par conséquent augmenter les salaires, faute de quoi, les travailleurs et le syndicat doivent  monter en puissance leur lutte pour contraindre le gouvernement à satisfaire leurs 
revendications salariales.

Notre parti ACTUS/prpe  exige du gouvernement :

– l’arrêt immédiat de la cabale judiciaire contre les leaders syndicalistes M.Michel Barka, Younous Mahadjir, François Djondang, et contre le journaliste Directeur de publication de N’Djamena 
Hebdo Jean-Claude Nekim  
– la satisfaction entière et immédiate des légitimes revendications de travailleurs conclues en 2011. Notre Parti, ACTUS/prpe comme à l’accoutumée sera toujours aux côtés des masses populaires  et du 
syndicat en lutte pour le droit à une vie meilleure, à la justice sociale et pour la démocratie.

Le 07 Octobre 2012

Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Écologique 

Chadian Action for Unity and Socialism / Popular and Ecological Revolutionary Party
                                                      (ACTUS / prpe)
Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Écologique ( ACTUS /prpe ) E-mail : actus-prpe@club-internet.fr

 

260 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article