Il n’y a aucune surprise, le verdict concocté depuis 10 jours dans les officines de la Françafrique a été annoncé furtivement à la télévision tchadienne dans la nuit du jeudi 21 avril 2016.
 

En effet, les résultats de l’élection présidentielle du 10 avril 2016, dûment instruits par le Général Président Sultan Déby à la CENI (Commission électorale nationale indépendante), octroient la réélection dès le 1er tour de ce dernier avec 61,56% des voix. Les Candidats de l’opposition arrivent loin derrière avec les pourcentages de suffrages humiliants : Le Député de l’opposition M. Saleh Kebzabo 12,80%, le maire de Moundou, capitale économique, M. Laoukein Kourayo Mbaiherem 10,69% et l’ancien Premier ministre M. Joseph Djimrangar Dadnadji 5%.

Eu égard à ces faux et minables pourcentages que le Général Président Sultan Déby a décidé de répartir frauduleusement entre les candidats de l’opposition, il y a une volonté manifeste d’humilier le peuple tchadien martyr, victime de la tragédie humaine imposée depuis 26 ans sous le règne de la tyrannie absolue. Le Général Président Sultan Déby vient en effet de réaliser son 5 ème hold up électoral contre la volonté du peuple qu’il martyrise.

Le peuple très mobilisé ces dernières années pour défendre ses droits légitimes dans la rue, ne laisserait plus jamais voler cette victoire qui est pour lui une délivrance.
 

■ Les preuves irréfutables de la chronique annoncée, du hold up électoral ordonné par le Général Président Sultan Déby.

En matière d’élections présidentielles, il est de notoriété publique que les quatre précédentes ont toutes été non transparentes car frauduleuses : bourrages des urnes, faux électeurs, intimidations, bastonnades, voire assassinats des candidats de l’opposition, rachat des cartes d’électeurs par le MPS parti présidentiel pour les votes multiples en faveur du despote, corruption des électeurs… [Tchadactuel du 20.04.2016] Cette 5ème élection a ravi la palme d’or de la délinquance électorale. Le hold up électoral à très haut débit avec la pseudo victoire dès le 1er tour du Général Président Sultan Déby, est rationnellement impossible. En effet, le tyran Déby a réussi en 26 ans de fédérer toutes les composantes ethniques du Tchad, victimes de la cruauté de ce dernier. Les populations ont par conséquent voté massivement en faveur des candidats de l’opposition, afin de chasser du pouvoir le tyran Déby. A cet effet, nul n’est besoin d’être un érudit en élection ou en sociologie pour s’apercevoir que le réflexe des votes ethniques des 7 principales grandes régions , circonscriptions électorales les plus peuplées , sont incontestablement acquises aux candidats de l’opposition où le despote Déby arriverait dans le meilleur des cas cumulés seulement qu’en 2 ème position.

Ce constat a été étayé par le candidat à la présidentielle et Secrétaire Général du PLD, Dr Mahamat Ahmad Alhabo dans sa conférence de presse du 13 avril 2016 :« En nous fondant sur les procès-verbaux transmis par nos délégués, il apparait que : Le Ouaddaï Géographique a plébiscité le candidat du PLD ; Les deux Logones ont choisi le candidat de la CDPT ; Les deux Mayo-Kebbi ont très largement voté pour le candidat de l’UNDR; Le Mandoul et le Moyen-Chari ont porté leurs voix sur le CAP-SUR et l’UFD/PR. Au vu de ces résultats, on peut d’ores et déjà affirmer que le peuple tchadien, dans sa large majorité, a opté pour le changement et l’alternance. Aucun candidat, je dis bien «aucun», ne peut prétendre gagner cette élection au premier tour. Toute autre démarche ou initiative qui tendrait d’imposer un quelconque candidat élu au 1er tour serait un hold-up électoral, un passage en force. Car, il n’est un secret pour personne, que le régime MPS est battu dans les urnes malgré toutes les sortes de manœuvres de fraude auquel il s’est livré…» 

 

Cliquez pour lire la suite du communiqué du ACTUS/prpe

 

148 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article