Les musulmans tchadiens ne doivent pas accepter de laisser se marcher dessus. Le pouvoir MPS veut utiliser certains d’entre eux comme un bouclier contre la sortie patriotique des évêques tchadiens. Le vote du projet de la nouvelle constitution ne vaut pas ce prix.

Sachant la position plus que logique de l’église arguant des arguties juridiques demandant simplement que pour une telle décision, il faille la faire passer par un référendum populaire d’autant plus qu’il ne s’agissait plus d’un simple toilettage pour lequel 2/3 des membres de l’A.N suffirait pour y parvenir ; mais là il s’agit d’une refonte totale de la première constitution ; en d’autres termes une institutionnalisation de la dictature.

 

À la déclaration des évêques, le Général Deby a demandé au Conseil Supérieur des Affaires islamiques de répondre au nom de la communauté musulmane, créant ainsi un précédent aux conséquences catastrophiques, insidieuses et diaboliques venant d’un sbire de la françafrique à la tête d’un état laïc pendant presque 3 décennies sans discontinuité. Heureusement le Haut Comité des affaires islamiques (HCAI) n’a pas voulu suivre ces conseils maléfiques.

 

Le projet de la constitution n’amène aucun intérêt au peuple tchadien, sauf à un homme assoiffé du pouvoir qui nous mènera vers le mur. Ce qu’il n’a pas pu faire en 28 ans de pouvoir, il ne le fera jamais à l’avenir. Non plus il veut se sursoir à toutes les fautes faites sur ce peuple et aller vers une 4ème République. Tout cela ne dupe aucun tchadien patriote qui aime son pays. Tous les crimes politiques, économiques, sociaux devront être posés sur la table publique au changement du régime sans chasse aux sorcières. Chacun individuellement ou dans un ensemble devra payer son tort, c’est ainsi que l’on construit un nouveau et un vrai départ. Sans cela tout est vain. Le droit et la liberté seront les seuls vecteurs de notre essor.

Vouloir impliquer et mélanger dans l’adversité deux religions qui sont les socles de notre société est criminel. Pourquoi vouloir imposer une chose que même les députés du MPS ne le portent pas sur le cœur ? Qu’on fasse des votes à bulletins fermés et on verra comment seront les résultats. Ceux-ci devraient choisir entre leur fois en Islam où plaire à Deby au risque d’être les parias de leur communauté.

Ce lundi 30 avril 2018, si l’Assemblée valide le projet de la nouvelle constitution, le peuple tchadien devra porter son deuil jusqu’au crépuscule. Un deuil qu’il a vu venir depuis longtemps, mais qu’il n’a su l’éviter à cause de sa complaisance et sa médisance.

Tchadanthropus-tribune

1713 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article