Militants et sympathisants de Cap-Sur de l’intérieur et de l’extérieur du Tchad, C’est avec beaucoup de plaisir que je vous annonce le démarrage effectif des activités de notre espace de dialogue sur la toile.


Grâce à l’opiniâtreté de nos camarades informaticiens, nous pouvons nous considérer aujourd’hui comme l’une des toutes premières forces politiques de notre pays à disposer de cet outil moderne de communication. Je félicite, en notre nom à nous tous, les compatriotes et camarades qui ont sacrifié de leur temps et de leur savoir-faire pour nous offrir ce profile.


Je nous invite tous et toutes à donner le meilleur de nous-mêmes pour que nos objectifs, nos convictions et les attentes de nos concitoyens puissent abondamment transparaitre des productions que nous allons mettre ici.


Rappelons-nous en tout temps et en tout lieu qu’avec le CAP-SUR, nous devons demeurer sûrs de notre engagement dans la fidélité et en faveur de la justice. Ce 17 janvier 2016 est un anniversaire que l’humilité nous commande d’observer avec la plus grande retenue.

Ce n’est pas que nous n’ayons pas des choses à célébrer. Car il y a eu:

·       la tenue de l’assemblée générale ce même jour où nos forces armées avaient dû porter secours à l’une des armées les plus puissantes de l’Afrique;

·       les péripéties politico-judiciaires de notre président fondateur accusé de falsification de sa nationalité alors que tout le monde sait qu’il est né dans un grand et célèbre village du Sud du Tchad appelé Bébo-Pen internationalement reconnu pour avoir produit le lieutenant franco-tchadien Mouniro, l’un des cinq compagnons de Libération de la deuxième guerre mondiale;

·       la reconnaissance controversée du parti par le gouvernement;

·       la tenue en moins de trois mois d’une activité phare comme la tenue d’un premier congrès extraordinaire pour l’installation des organes nationaux statutaires;

·       et enfin l’installation des organes déconcentrés de la capitale.


Tout cela est bien élogieux en un an d’existence: le parti a pu démontrer qu’on peut compter avec lui et c’est le plus important.

Battons-nous partout où nous sommes pour le triomphe des objectifs du parti.


Nous ne perdons de vue que 2016, notre deuxième année d’existence, est pleine de défis. Nous ne devons pas nous méprendre sur la vocation légitime d’un parti politique en tant qu’instrument de visibilité de la démocratie.

Je sais compter sur le militantisme de chacun de nous.


N’Djaména, le 17 Janvier 2016 Joseph Djimrangar Dadnadji, Président National du CAP-SUR, au Siège National Provisoire à N’Dingangali.

Visitez le site du parti CAP-SUR

Tchadanthropus-tribune avec Tchadpage.


 

234 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article