Depuis ce qui est convenu d’appeler les brouilles entre le Tchad et la France pour ne pas dire entre Deby et Hollande, la situation de notre pays dans tous les domaines ne fait que s’empirer. Le régime en place, au lieu de se calmer et d’analyser froidement la situation, s’agite et verse dans les diatribes et les mises en scènes dignes des pouvoirs dictatoriaux que l’Afrique a connu. On assiste aujourdhui à un « black out » total quant aux vrais problèmes du pays. Tout est focalisé sur les relations franco-tchadiennes. Chaque occasion est une aubaine pour nos autorités de tancer la France et ses dirigeants. Disons le tout net : ce régime qui a duré 22 ans sans véritable projet de société a bel et bien été installé et maintenu aux pouvoirs par le soutien, l’aide et l’assistance de la France. Ne pas le reconnaitre comme le font les thuriféraires, les clients, les affidés et plusieurs inconscients et idiots n’est que pure ingratitude.


Cependant, pour nous autres tchadiens, la masse populaire, qui ne militons dans aucun parti et aucune association de la société civile, cette situation était prévisible compte tenu de la mauvaise gestion de l’Etat par le MPS et les parents du Chef de l’Etat depuis 1990. Prises en otage, les populations ne savent à quel saint se vouer puisque les partis politiques et les associations de la société civile ont brillé par leur cupidité, leur inféodation au pouvoir et leur inconséquence manifeste.     


Dans ce désordre organisé, les tenants du pouvoir ont divisé et affaibli les partis politiques de l’opposition, divisé pour ne pas dire charcuté la République en des régions, des départements, sous préfectures et des cantons dans la plupart des cas en violation de la législation et de la réglementation. Tout cela dans l’unique but de « diviser pour mieux régner ». Résultats : aucun parti politique – le vrai, c’est-à-dire ayant une assise électorale – ne peut se targuer de n’avoir pas participé au pouvoir et d’être blanc comme neige. Les ressortissants des régions septentrionales du pays ne peuvent créer et diriger un parti politique que s’ils acceptent d’adhérer au groupement de partis politiques appelé la « majorité présidentielle », les associations de défense des droits de l’homme – après une guerre des chefs – ne sont que l’ombre d’elles mêmes : elles existent à N’Djaména, dans les deux Logones et dans une moindre mesure dans le Moyen Chari et leurs responsables ne sont intéressés que par les perdiems et frais de missions pour des séminaires.


S’agissant de l’utilisation des ressources issues de l’exploitation du pétrole, le peuple n’a que ses yeux pour pleurer. Les infrastructures : routes, écoles, centre de santé, hôpitaux, adductions d’eau potable, bâtiments administratifs, électrification… ne sont en réalité que moyen de détourner l’argent public tellement leur qualité laissent à désirer et le professionnalisme des entreprises ayant « gagné » les marchés sont douteux. Conséquence : aucune redistribution des revenus de cette richesse nationale exploitée depuis plus de dix ans.


Ce que nous vivons aujourdhui est plus que révoltant et aucun esprit rationnel ne doit l’admettre ou l’accepter. Le Chef de l’Etat à travers son pouvoir personnifié et autocratique, a nommé à la tête des postes de responsabilité militaire et stratégique et de presque toutes les régies financières ses propres parents et ceux de sa belle famille. Le reste est assuré par certains de nos compatriotes les plus véreux et les plus incompétents de la région méridionale. La liste qui suit est éloquente :

      
Premier Ministre : sudiste

       Président de l’Assemblée Nationale : sudiste

       Président du Conseil Constitutionnel : sudiste

       Présidente de la Haute Cour de Justice : sudiste

       Ministre des Finances : sudiste

       Ministre du Plan : sudiste

       Ministre de la Défense : sudiste

       Ministre des Infrastructures : sudiste

       Ministre des droits de l’Homme : sudiste….


Même au sein du MPS on retrouves ces inepties. La preuve ? sur une liste de 57 membres du bureau politique national dudit parti, la répartition est la suivante :

       Sudistes cooptés: 16

       Zaghawa choisis: 10

       Goranes choisis: 6


Vous conviendrez aisément avec moi qu’avec ce critère le quorum est largement atteint pour prendre des décisions aussi graves que saugrenues. Les voix de mahamat hissene, de mahamat saleh ahmat tibek et hassan sylla n’ont aucune valeur car leur présence ne sert que pour le décor.


Enfin, le plus curieux et le plus choquant des actes du président fondateur du MPS est d’avoir confié la gestion politique (nomination des ministres, des gouverneurs et des maires, des fonctionnaires à des postes de responsabilité…) des Régions du Kanem et du Lac Tchad à un certain lol mahamat choua et son RDP. La preuve a été donné par quatre que dans ces régions : pour aspirer à une quelconque nomination il faut aller chez cet homme sans morale ni vergogne lui faire des courbettes et des salamalecs. Pour avoir accepté de jouer ce rôle et en contrepartie de cette incongruité, notre homme de mao a reçu de l’argent et en grande quantité pour s’acheter des appartements au 16ième arrondissement de Paris en France. Question à lol : La CPDC sera-t-il bientôt un lointain et mauvais souvenir ? Quel rôle joues-tu exactement ?


Chers compatriotes, détrompez-vous il n’existe pas un « Sud » homogène constituant un quelconque bloc encore moins un « Nord » uni défendant quelques intérêts communs. Par contre il existe des tchadiennes et des tchadiens issues des différentes régions qui aspirent à vivre dans un Etat juste et démocratique et si cela est nécessaire prendre en main la gestion de leurs différentes régions dans le cadre d’une vraie décentralisation avec des moyens issus de nos ressources nationales équitablement repartis.


Mais il ne faut pas compter avec ce régime pour vivre dans la justice et l’Etat de droit. La dernière sortie du Chef de l’Etat pour assister au forum du développement du BET montre à suffisance le vrai visage du pouvoir actuel et sa volonté de marginaliser sinon d’ignorer les autres composantes du Tchad. D’ailleurs, un forum du genre a eu lieu au Mayo Kebbi et celui-ci n’a pas vu le Chef de l’Etat rehausser de sa présence cette rencontre régionale.


Président du BET, nous t’avons compris! Dites à vos sudistes de service, pas aux dignes fils de cette région, d’aller cirer vos bottes et chanter vos louanges. Aux vôtres de se remplir encore et encore les poches en attendant. Nous autres savons désormais où commence notre Tchad et où il finit.


ABSAKINE HARBA  
 

423 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article