ANALYSE

La France veut éliminer, en tous cas, réduire à zéro, les politico militaires. C’est pourquoi tous ses agents ont été mobilisés pour les embobiner et les étouffer. Goukouni Weddeye, Acheikh Ibn Oumar, Ali Abderamane Haggar ont été mis à la tête d’institutions qui vont jouer un rôle dans les fameuses négociations et dialogue. Force est de constater que Goukouni et Acheikh ne représentent que leur personne, n’ont aucun poids politique ni audience. M Haggar défend les intérêts de sa communauté au pouvoir depuis 30 années et participe, chaque jour, à ce que l’écrasement que subit le peuple tchadien se poursuit et que leur emprise reste effective sur l’économie et les positions financières ; c’est la condition pour être aux côtés de Mahamat Kaka. Auprès des Français, il a adhéré à leurs actions, et, il est le garant de la défense des intérêts de sa communauté qui a fait un deal, pour que Mahamat Kaka soit l’image du pouvoir, une simple image car la réalité de l’exercice du pouvoir est bien ailleurs.

Par rapport au Comité technique spécial pour les négociations avec les politico-militaires, le MPS et le clan Deby Itno ne considèrent pas Goukouni et Acheikh, tout au plus, acceptent-ils, qu’ils servent leurs intérêts sous la surveillance des Français, à qui, ils doivent leur désignation et à qui, ils rendent fidèlement compte. Autrement dit, ni leur engagement ni leur parole et encore moins, leurs signatures ne sont crédibles.

Le FACT, grande force militaire menace le CMT, et, est capable de le pulvériser. Idriss Deby a toujours compté sur le soutien multiforme des Français pour se défendre. Seul, il se serait écroulé depuis des lustres. L’UFR de Timane Erdimi reste aussi une préoccupation pour les Français, non pas, en raison de ses capacités militaires, qui ont été réduites à néant par les mirages français, mais, par sa capacité à agir sur la communauté Zaghawa pour créer des difficultés au pouvoir sous tutelle de la France. Rappelons que l’UFR ne reconnaît pas le leadership de Mahamat Kaka et cherche à soulever la communauté Zaghawa contre lui.

Sur le plan des négociations, chose curieuse, aucune feuille de route n’a été déroulée. Personne ne sait, ce qui va être accepté et ce qui va être refusé par le CMT. Déjà, le cadre des négociations n’a pas été précisé, les discussions ne se tiennent pas sous l’égide d’une organisation internationale habituelle comme la CEMAC, l’UA (à quoi sert l’Envoyé Spécial de l’Union Africaine, s’il ne participe pas aux échanges entre les acteurs politiques) ou des pays de bonne volonté qui s’engageraient à garantir le sérieux des négociations, l’application des accords conclus et la sécurité des politico-militaires. Quand on connaît les méthodes criminelles de ceux qui leur font face, il faut être prudents.

Ce qui ressort de la démarche du CMT, c’est qu’ils sont allés quémander de l’argent au Qatar et veulent aller, voir chaque groupe politico-militaire pour leur promettre postes et argent. Une neutralisation par l’argent donné par le Qatar que les Français gèrent. Alors que, cinq mois, après la mort de Déby, Mahamat Kaka a toujours esquivé la question de sa non-présentation aux élections présidentielles, si celles-ci auront bien lieu, après la transition, et si celle-ci ne sera pas prorogée aux termes des 18 mois. Beaucoup de points très importants mais qui sont mis de côté tranquillement. Le CMT et les Français ne veulent pas d’une négociation sérieuse avec des États garants de ces échanges avec les politico-militaires et pour cause. Il est évident que ces négociations ne sont pas sérieuses et les points cruciaux seront soit rejetés soit ignorés et non appliqués.

La France cherche à neutraliser les politico militaires, c’est devenu une obsession, car pour elle, ils sont la porte d’entrée des Russes au Tchad. Il est important qu’ils le comprennent à temps. Une fois à Ndjamena, sans garantie extérieure importante, capable de faire le poids et de dénoncer haut et fort, s’il leur arrive quelque chose, le danger est immense. Autrement dit, leur sort sera ficelé par ces multiples complots que le régime Deby et ses parrains français et libyens ont monté en 30 ans de pouvoir, sous l’ombre d’une françafrique machiavélique et de Tchadiens, sans aucun scrupule, capables de vendre leurs frères pour leurs intérêts politiques.

En réalité, les enjeux se situent à une échelle plus importante ; il est question de l’avenir du Tchad. On voit se dessiner une nouvelle configuration politique pensée par la France tant dans l’exercice réel du pouvoir que le partage des rôles des différentes parties. Le nouveau plan émerge des laboratoires de la françafrique. Il suffit d’ouvrir les yeux pour en voir l’ébauche sous nos yeux. M Ali Abderahmane Haggar, Acheikh, Goukouni et les Français travaillent sur ce fameux plan pour l’implosion du Tchad. L’enrôlement et le placement de beaucoup de personnes proches du MPS dans la pléthore d’institutions, de toutes sortes, visent, très astucieusement, à calmer une clientèle politique qui s’inquiétait de son avenir. Mais celle-ci une fois placée, a été neutralisée et anesthésiée sur les véritables enjeux qui se préparent. Les institutions importantes du Dialogue National Inclusif dont on ne connaît pas encore les pouvoirs réels, ont levé le rideau sur le plan français. Car c’est de ces institutions que va sortir leur nouveau Tchad qu’ils cherchent à faire passer par une catégorie de Tchadiens qui vont en profiter au maximum.

Il suffit de parcourir la liste des membres des comités et sous-comités du Dialogue Inclusif (cliquez sur ce lien) dit National  dressée par M Acheikh Ibn Oumar dans lequel aucun tchadien issu du Grand Nord ne figure pour en réaliser la portée et comprendre la détermination des Français.

Ce n’est pas un hasard. Comme ne constituent pas un hasard, ces derniers jours, les injures publiques de M Garondé Djarma et d’un des membres de Wakhit Tama ciblant précisément les gens du grand Nord. Dans cette droite ligne s’inscrit aussi la sortie du Ministre des Affaires Etrangères français, Jean Yves le Drian  qui a parlé « de la nécessité de stopper la colonne de Goranes qui pénètre au Tchad » c’est un lapsus révélateur qui montre bien qui sont les cibles de leur politique.  C’est pourquoi, ils ont mis en place des institutions, positionné leurs hommes  et on avance masqués pour surprendre les gens. Il s’agit pour les Français de faire passer largement par la loi du nombre, toutes les décisions qui vont sortir de ce Dialogue dit National mais qui est conduit, de manière discriminatoire, et très dangereuse pour la paix sociale et l’unité des Tchadiens.

Autre chose, une question très importante est laissée volontairement de côté et pour cause. Il s’agit de l’intégration des politico-militaires dans le Dialogue National prétendument inclusif. Il n’en ait nullement question. Pire que cela, on n’a pas besoin de les écouter puisqu’ils ne sont pas intégrés dans les institutions du Dialogue. Traités de côté, on cherche à les neutraliser, les placer dans un étau pour les écarter définitivement de toutes aspirations au pouvoir. Et au-delà d’eux, la France tente – avec la complicité ou l’ignorance de certains Tchadiens – d’écarter définitivement tous les ressortissants originaires du Nord du pouvoir. Les jalons sont posés un à un et viendra aussi le démantèlement partiel des positions occupées par les Zaghawas, et, c’est pour cela qu’on cherche aussi à neutraliser M Timane Erdimi. L’enjeu est la décapitation de tous les leaders du Nord. Et c’est pour cela aussi que Mahamat Kaka est l’homme de la situation, ne pouvant pas comprendre la manipulation dont il fait l’objet par rapport aux enjeux autour du pouvoir et des actions néfastes d’une France toujours prête à diviser les Tchadiens. Cette image d’un Mahamat Kaka, un gorane, a pour effet d’endormir toutes les communautés concernées sur le complot ignoble qui se prépare, par la manipulation dont il fait l’objet, lui qui est ébloui par les délices du pouvoir. Le réveil sera brutal.

Il est temps, à l’heure, où les prétendues négociations vont s’ouvrir à Paris et ailleurs, entre le Comité technique spécial et les politico-militaires, que chacun comprenne pourquoi, on veut les enfermer dans des négociations tchado-tchadiennes sans aucune garantie et pourquoi on ne veut pas faire le bilan de 30 années de violences d’Etat organisé par le Clan Deby, le bilan des tueries et assassinats, le bilan de l’ampleur des détournements des revenus pétroliers par un clan qui est toujours aux commandes d’un système qui a tout le soutien de la France, de son armée, de ses médias contre les intérêts des populations. On comprend ainsi que le CMT cherche à être une blanchisserie pour tous les crimes commis sous le régime Deby. Qui peut l’accepter ?

Vont s’ouvrir à Paris des négociations mises en place par un pouvoir putschiste sans légalité ni légitimité. Cette absence de crédibilité des personnes qui sont les négociateurs porte en elle des germes de difficultés à venir. Aux politico-militaires de ne pas se laisser endormir mais surtout de comprendre, qu’ils sont bien plus importants qu’on veuille le dire et de ne surtout pas jeter leurs armes quand un grand complot est en marche avec des moyens financiers, politiques, médiatiques, avec un engagement fou des autorités françaises pour saper l’unité des Tchadiens et créer à nouveau les divisions et le chaos.  Que les politico-militaires réfléchissent bien, à la hauteur de ce qui se joue et ce qui se trame contre eux. Tant de jeunes tchadiens ont sacrifié leur vie aspirant à une vie meilleure dans leur pays.  L’Union a toujours constitué une force. Le temps du Sursaut National et Patriotique est arrivé.

La Rédaction de Zoomtchad.

609 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire