La promotion discrète du bassin d’Erdis semble avoir été payante auprès des pétroliers. Ne restent aujourd’hui disponibles que les périmètres Erdis I et II. Cependant, aucune communication de la part du ministère du pétrole ou de la présidence n’a été faite autour de l’attribution de ces zones d’exploration sur ce sous-bassin de Kufra (partagé avec la Libye et le Soudan). Seule la société canadienne Simba Energy, dirigée parHassan Hassan, a fait savoir qu’elle avait obtenu le 26 octobre la signature d’un contrat de partage de production sur Erdis III. Comme nous l’avions annoncé (AEI nº677), la firme brésilienne Petra Energia d’Octavio Lang a bien signé le 24 mai trois contrats pour les permis ErdisErdis V et Erdis 2008. Petra Energia est également parvenue à se faire octroyer trois permis au Soudan voisin lors de l’appel d’offres lancé fin 2011 par le ministre du pétrole Awad Al-Jaz

La première compagnie ayant remporté un permis sur Erdis est une inconnue : SAS Petroleum. Cette dernière, qui a des actionnaires venant du Canada, du Nigeria et du Tchad, a signé pour un contrat sur Erdis IV en janvier 2012, soit quelques jours à peine après la prise de fonction du ministre du pétrole Brahim Al-Khalil Hiléou le 27 janvier. Aucun accord n’avait été validé par son prédécesseur Eugène Tabé.

Lire la suite sur Africa Energy intelligence. 

381 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article