Le professeur Makaye Hassan Taïsso aujourd’hui ministre de l’Enseignement supérieur était avant de devenir ministre, le directeur de la CNAR (centre national d’appui et de recherche). Son poste à ce niveau lui léguait un véhicule V8. À son départ de la CNAR comme ministre, il devrait, comme lui indiquaient les textes en vigueur, restituer ce véhicule (aujourd’hui au centre de controverse) au département, chose qu’il ne fut pas. Le véhicule tout neuf a été garé et bâché à son domicile sous prétexte qu’il est en panne (circuit électrique).


Makaye a été nommé directeur du CNAR en juillet 2012. A peine deux mois après il passe ministre de l’enseignement supérieur mais il confisque le véhicule du CNAR, un Toyota V8  mis en circulation il y’ a deux ans seulement, obligeant le nouveau directeur  à acheter un autre véhicule. La mission du contrôle d’Etat et de la moralisation a constaté l’absence du véhicule du parc du CNAR et sur insistance du chef de cette mission Makaye a ramené le véhicule qui était bâché à son domicile. C’était une grande honte car tous les enseignants et les étudiants sont au courant de cette affaire. Dès que la mission du contrôle est repartie, Makaye reprend le véhicule en cachette.  

 

La reforme de ce véhicule est entachée de plusieurs irrégularités et cela s’apparente plutôt à un vol. D’abord la décision 049 parle d’un  « comité de reforme et de renouvellement du matériel au CNAR ». C’est un comité fictif créé de toutes pièces pour reformer le véhicule. Il n’y a que le conseil d’Administration du CNAR qui est habilité à se prononcer sur la reforme du matériel. Et comme le conseil d’administration  de 2014 du CNAR a déjà lieu  et que l’arrêté du Premier Ministre portant recensement des véhicules administratifs a pris Makaye du court, le prochain conseil du CNAR étant en 2015, il fait recenser le véhicule en date du 02/07/2014, auprès de la commission mise en place par l’Arrêté du PM, comme un véhicule déjà réformé. Ce n’est que le 07/07/2014 qu’il force le directeur du CNAR Mahmoud Youssouf pour prendre une décision lui reformant le véhicule. Autres irrégularités :
 

–    Qui a évalué le pris da la voiture ?

–  Un ministre a-t-il le droit de s’accaparer des véhicules des institutions sous tutelle ? 

 
Pendant ce temps, une commission de réforme se présenta pour les formalités d’usage, mais s’est trouvée refuser la restitution du véhicule au mobile divers et varié. 2 ans plus tard, Mr Taïsso alors ministre instruit son directeur actuel de la CNAR de reformer ce véhicule d’apparence en panne en son nom. La commission mise en place à cet effet valida ces faits qui ressemblent plus à une fourberie de grand banditisme. Ministres, hauts cadres, agents de services tout le monde se moquent royalement de l’image de l’état. Les scandales multiples au Tchad révèlent chaque jour aux yeux des Tchadiens le caractère affairiste du régime MPS. Idriss Deby semble dépassé par ces larbins qui lui montent la tête, lui mentent à satiété, et le vident de ses prorogatifs. Si l’image de Deby est écornée, c’est à cause de ceux qui l’entourent, des généraux analphabètes qui perçoivent leurs salaires dans une caisse noire dans un ministère connu, à part celui du trésor, et de ceux à l’image du professeur Taïsso, ministre de son état, qui élève des intérêts et les applique à son profit. Voleur d’un jour. Voleur pour toujours. (Lire les documents scannés)

 









383 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article