21/09/2016: TCHAD/Mesures de restriction financière: Selon nos informations, les 16 mesures de restriction promulguée par Idriss Déby commencent à faire l’effet contraire. Les fonctionnaires qui accusent 2 mois d’arriérée de salaires observent depuis lundi dernier des grèves dans les différents départements ministériels. Les étudiants, victimes de cette mesure, ont tenu mardi une assemblée générale dans l’enceinte de l’université d’Ardep Djoumal sous haute surveillance policière. Les étudiants rejettent en bloc cette mesure, et tiennent pour responsable le gouvernement tchadien. Entre temps, dans les milieux politiques tchadiens, les langues commencent par se délier. Certains responsables du MPS dans les différentes cellules de Ndjamena ne partagent pas  la décision du gouvernement. Ils estiment que ces mesures vont pousser le pays dans un abîme. De son côté le 1er  ministre Payimi le  caméléon fait distiller à travers ses structures que ces mesures ne sont pas  ses œuvres. Il le dit ouvertement que c’est Idriss Déby qui a décidé de l’instauration de ces mesures,  et lui ne fait que les traduire. Payimi Padacké convainc ses militants qu’il ne fait que suivre le chef de l’état. Plus loin dans certaines chancelleries comme celle de la France à N’Djamena, il affirme que cette décision n’a même pas été discutée en conseil de ministre. Une manière de désavouer discrètement son président. Selon un observateur avisé au sein du MPS, il avoue sous manche que le 1er ministre risque d’attirer la foudre de son président. En bon ancien opposant et aujourd’hui allié du MPS, Payimi regarde loin l’horizon sombre qui se dessine pour le MPS. En tout état de cause, rien ne sera comme avant, et les 16 mesures ne sont venues qu’exacerber la colère de la population… L’heure est grave. 

 

535 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article