Depuis plusieurs semaines, des civils dans la région de Tiné réclamaient leurs biens. Des véhicules généralement de marque Toyota 4×4 pickups que le régime D’Idriss Déby avait injustement arrachés à ses propriétaires, sous prétexte que ceux-ci seraient un vivier pour l’opposition armée.

De quoi a-t-on peur ?

Dans la majeure des situations quand on est injuste avec ses citoyens, la peur vous gagne l’esprit jusqu’à rendre paranoïaques les esprits se croyant forts. Comme dans les habitudes, qui se sent morveux se mouche. Le régime Déby ne devrait pas manu militari confisquer des instruments de vie à des gens dont les seuls objectifs sont le commerce et la survie de l’eau. Quoi que si l’on veut arracher des choses suspecte, on met le prix de la compensation. Mais aller vouloir humilier un peuple par apriori fini toujours par des relents hostiles.

Pire, c’est dans ce contexte que l’on envoie le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité pour aller les toiser, les défier et les insulter.

Qui terrorise son peuple depuis plusieurs décennies et se conduit en potentats ? Ce n’est pas certainement ces civils qui pendant des semaines réclament leurs véhicules ?

La vigilance sécuritaire n’a rien a voir avec l’imposition de l’injustice, même si ce sont les représentants de l’État qui l’impose.

Plusieurs semaines de manifestations finissent par un traquenard. Selon nos informations, l’État feint de comprendre la colère de la population de Tiné et fait passer le message comme quoi, ceux qui voudraient récupérer leurs véhicules n’ont qu’à venir payer les frais de douanes. C’est ainsi que certaines personnes balancées par leurs propres frères sont accusées de subversion et de fauteurs de troubles sur les réseaux sociaux.

Comment voulez-vous communiquer sur vos revendications si vous n’en parlez pas à travers des moyens pacifiques d’informations ? Mais dans une dictature c’est connu, toute contestation est perçue comme un moyen de vouloir faire de troubles. Les personnes arrêtées et embastillées sont des simples lanceurs d’alertes, rien de plus. De là à vouloir leur coller les brevets de terroristes, personne n’y croit, même vous.

Tchadanthropus-tribune

1324 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article