Mr Louis-Benoît Greffe, votre méconnaissance de l’Afrique et particulièrement du problème tchadien vous rend aveugle de l’essence qui prévaut actuellement au Tchad. Votre analyse qualifiant l’opposition armée tchadienne dans son ensemble de terroriste est complètement fausse. Nous vous mettons au défi aujourd’hui de citer un nom qui a une sensibilité avec des terroristes ou encore des djihadistes. Les erreurs de vos partis pris et vos immixtions dans les revendications légitimes des fils de l’Afrique vous mettent assez souvent en porte à faux des peuples qui demandent leurs droits à exister dignement.

 

Même si cela vous chagrine, les esprits chagrins en France vous informent que les Tchadiens en arme aujourd’hui au sud de la Libye sont issus de l’opposition armée tchadienne qui a vécu à l’est du Tchad, et qui trouvent une issue de survie avec le chaos en Libye pour s’organiser et s’opposer au régime d’Idriss Déby. Pourquoi à chaque fois qu’une personne s’oppose au régime d’Idriss Déby est automatiquement qualifiée de terroriste ? Nous savons avec pertinence que beaucoup de services des pays qui combattent le terrorisme travaillent et coopèrent avec Déby. Nous comprenons avec pertinence d’ailleurs que ces services disqualifient les opposants à Déby parce qu’ils croient défendre des intérêts, des subsides toujours nocifs au peuple tchadien.

 

Pensez-vous que l’UFDD, le CCMSR, l’UFR, le FACT, les oppositions tchadiennes dans leurs ensembles sont des terroristes, où que leurs leaders soient terroristes ? Si raisonnablement l’on vous paie pour noircir le tableau et coller des brevets aux opposants tchadiens, faites-le sans aucune délinquance des mots ni des qualificatifs moribonds.

 

Le dilemme des soi-disant analystes en Europe qui ne connaissent rien aux problèmes de l’Afrique et ceux du Tchad, ce qu’ils s’expriment souvent avec le hoquet mi-timide et mi-cachotier, croyant singulièrement qu’il n’y a qu’un homme (Déby) qui peut préserver leurs soi-disant intérêts. Personne n’est contre des intérêts qui ne lèsent pas son peuple, plus encore, les intérêts logiques ne peuvent qu’être pérennisés. Que l’on nous laisse dignement soigner les maux de notre peuple d’abord, sans imposer à celui-ci un dictateur qui sait leur sourire et nous cracher dessus.

 

Le Tchad, maillon indispensable du dispositif de la France en Afrique – Oui, si cela sert d’abord les intérêts légitimes du peuple tchadien. Oui, si ce dispositif sert aussi les intérêts des Tchadiens. Nous ne sommes pas des nègres chez qui il faudrait venir cueillir des bananes sans que les panses de nos enfants n’en soient rassasiées.

 

Savez-vous pourquoi après 28 ans de règne d’un pouvoir que vous soutenez et imposez aux Tchadiens, il y a toujours des rébellions ? Pourquoi cette crise protéiforme continue ? Parce qu’autant avec vos ornières vous soutenez l’injustice, les dictatures et les gabegies. Vous pouvez nous croire, personne n’est contre la France si celle-ci nous sied le respect et les valeurs de démocraties qu’elle défend chez elle. Nos peuples aiment la liberté, la démocratie, la paix et la justice. Mais ces peuples ne peuvent continuer à sentir indéfiniment l’apesanteur des poids de l’injustice, et si nous prenons aujourd’hui les armes contre le pouvoir de Déby, c’est parce qu’il n’y a pas une autre alternative à lui, car toutes les portes du dialogue nous sont fermées.

 

Le général Haftar ne peut pousser aucun tchadien vers le Tchad. Si vous méconnaissez les réalités du terrain, allez-y vous informé qui est autour de Haftar, mais ne tailler pas les gens directement depuis vos bureaux parisiens. Sur Telegram, l’analyste russe Rybar n’a fait que donner une information d’actualité, observant les mouvements de l’armée tchadienne au nord du Tchad, sans faire la mesure de l’insulte, et des qualificatifs ambiants.

 

Louis-Benoît Greffe, qu’en cela vous déplaise l’opposition locale et les esprits chagrins de France vous le diront autant que ce soit, que nous sommes jaloux du devenir de notre pays. Et les dénonciations que nous faisons chaque jour à porte-voix, ne sont que les souffrances de notre flux sanguin que vous et vos semblables continués de siphonner, faisant de vos journées meilleures.

 

L’autre pan de l’histoire, est de voir que nos confrères de Tchadactuel reprendre un article qualifiant toute l’opposition politico-militaire de terroriste. Comment accepte-t-on de reprendre un texte qui nous jette l’opprobre ?

 

Il faut savoir défendre nos acquis loin des étiquettes et les brevets d’intention qui voudraient nous disqualifier dès qu’une organisation montre sa mesure. Des terroristes nous ne le sommes pas, encore moins des djihadistes. Le complément est dans notre optique de la vie, et l’éducation laïque de nos entrailles.

 

Louis-Benoît Greffe ou un autre, on s’en fout. Le Tchad d’abord.

 

Tchadanthropus-tribune

1270 Vues

  • SVP taper sur google le nom de LOUIS-Benoit Greffe pour voir qui est réellement cette personne

    Commentaire par Brahim le 12 septembre 2018 à 1 h 12 min