Selon des sources de « Nova », avec l’aide de mercenaires soudanais, ils ont tenté de capturer le chef du Fact.

Le Front tchadien pour l’alternance et la concorde (Fact), le groupe rebelle qui a revendiqué en avril dernier l’assassinat du président tchadien Idriss Deby Itno, a accusé la brigade Tariq Bin Ziyad (liée au général Khalifa Haftar) d’avoir attaqué l’une de ses positions sur la frontière libyenne avec le soutien de milices mercenaires soudanaises et sous la supervision des forces spéciales de l’armée française basées en Libye.

Selon des sources de « Agenzia Nova », Haftar et les Français avec l’aide de mercenaires soudanais ont également tenté de capturer – sans succès – le chef du Fait, Mahamat Mahdi Ali, tuant plusieurs officiers et commandants des rebelles tchadiens avec un drone français. Ali, en revanche, serait resté indemne. « Nous informons la communauté internationale, l’Union européenne, l’Union africaine, la Communauté des États de l’Afrique centrale (CEEAC), l’opinion nationale française et tchadienne ainsi que les médias français qu’il y a cinq officiers français dans les rangs des assaillants qui sont sur des canons (mortiers).

L’objectif de cet attentat confié aux forces spéciales françaises était de capturer et/ou de tuer le président du comité exécutif du Fact (Mahamat Mahdi Ali) », a indiqué le Fact dans un communiqué.

« Nous tenons à informer que le président Mahadi va bien et qu’il dirige lui-même les combats et les opérations de patrouille toujours en cours ce matin. L’assaut des forces du mal a échoué et la riposte de nos vaillants combattants a été à la hauteur de la fureur du peuple tchadien dans son ensemble », poursuit le communiqué, dans lequel les rebelles annoncent la mort de 11 « ennemis » et de quatre faits, combattants. « Comme vous pouvez le constater, la France non seulement viole et méprise notre souveraineté en imposant et en soutenant le CMT (Conseil militaire de transition arrivé au pouvoir au Tchad après la mort du président Déby et dirigé par son fils Mahamat Déby Itno), mais viole le principe du cessez-le-feu annoncé au printemps dernier », conclut le communiqué.

Cette déclaration intervient après des informations sur des dizaines de morts dans un affrontement en Libye entre les miliciens du Fact et la brigade Tariq Bin Ziyad de l’Armée nationale libyenne, fidèle au général Haftar, près de Tmassah, au sud de Sebha, la capitale de la région sud-ouest libyenne de Fezzan. Le général Khaled al Mahjoub, directeur du département d’orientation morale de la LNA, a annoncé que « des dizaines de mercenaires ont été éliminés dans le sud-ouest » du pays, confirmant qu’un soldat de la LNA a également perdu la vie dans les affrontements. « Ces mercenaires commettaient des actes criminels sur le territoire libyen. Leurs véhicules ont été détruits par les forces terrestres avec le soutien de l’armée de l’air. Ces opérations se poursuivront jusqu’à ce que tous les mercenaires et groupes terroristes soient éliminés », a ajouté Al Mahjoub. Ces derniers jours, la brigade Tariq Bin Ziyad (où sert le fils de Haftar, Saddam) a passé un pacte avec la 166e brigade de la « cité-état » de Misurata (ouest) pour mettre en place une force conjointe pour sécuriser le système d’eau de la Grande fleuve. Le développement a été salué par l’ONU et les États-Unis comme une étape vers la réunification des forces armées en Libye.

La même brigade Tariq Bin Ziyad est tenue pour responsable de la mort de Mohammed al Kani, chef de la milice « Kanyat », tué le 26 juillet alors qu’il résistait à son arrestation dans son domicile de Benghazi. Al Kani était recherché pour les tueries sommaires et pour les charniers découverts à Tarhūnah, une ville au sud-est de Tripoli, peu après le retrait de la ville des forces affiliées au général Haftar. Le Fait est un groupe armé tchadien tenu pour responsable de la mort du président Idriss Deby – un proche allié de la France – le 11 avril, à la suite d’une attaque des forces d’opposition tchadiennes depuis les territoires libyens.

Le Fact a été fondé par Mahamat Mahadi Ali, un intellectuel qui a vécu en France pendant 25 ans en tant que réfugié politique et qui a su ces dernières années nouer des alliances de circonstance pour acquérir des armements sans exposer ses combattants. Après avoir longtemps soutenu la Troisième Force de Misurata, affiliée aux Frères musulmans, les forces de Fact ont été « cantonnées » à certaines bases de l’Armée nationale libyenne du général Haftar, tandis que des éléments de ce groupe auraient déserté des bataillons 116 et 128 de la LNA lors de l’offensive contre Tripoli. L’expert Mussa Tehusai : « Des affrontements entre amis du passé se poursuivent dans le sud »

L’affrontement qui a eu lieu entre le Front tchadien pour l’alternance et la concorde (Fait) et la brigade Tariq Bin Ziyad (liée au général libyen Khalifa Haftar) dans la région de Tarbu, également connue sous le nom de Temsa, dans le sud de la Libye, à la frontière avec Chad, « c’est le premier vrai clash entre amis du passé ». Mussa Tehusai, journaliste et chercheur spécialisé dans les questions du sud de la Libye, a déclaré à « Agenzia Nova ».

Les affrontements dans la zone de Tarbu « ont eu lieu à la suite d’un accord entre Saddam Haftar et les services secrets français présents depuis un certain temps dans le sud de la Libye dans le but d’assassiner certaines figures de proue du Fait, d’affaiblir militairement le groupe d’opposition tchadien et de rompre le lien avec les combattants russes Wagner », a-t-il ajouté.

« Cependant – a poursuivi le journaliste – la mission ne s’est pas déroulée comme prévu, car la brigade Tariq bin Ziyad et les groupes soudanais ne sont pas revenus victorieux. Au contraire, ils ont subi une lourde défaite et ont été repoussés de la zone frontalière ». Dès lors, « ils ont lancé des frappes aériennes contre l’opposition tchadienne, sans vaincre le Fait ». Tehusai a expliqué que « la France essaie d’affaiblir la force militaire de l’opposition tchadienne, au sein de laquelle il y a des défections.

Il y a une semaine, un général tchadien a fait défection avec environ 70 véhicules militaires en direction du mont Al Nuda, au centre de Jufra ». Ce sont « des faits en devenir, ni Haftar ni la France ne pourront vaincre l’opposition tchadienne, car (le Fait) a le soutien des Russes Wagner ». Selon le journaliste libyen, le groupe russe Wagner a formé des membres de Fact sur les bases de Brak al Shati, à environ 150 kilomètres de Sebha, et à Jufra.

Selon l’expert, donc, « la région sud » de la Libye « deviendra le cratère d’un volcan et un refuge pour ces groupes qui ont un lien ethnique en Libye, notamment dans la région de Murzuq ».

Par ailleurs, a-t-il ajouté, « cette situation jettera une grande ombre sur la sécurité dans tout le Sahel africain. La France s’en moque parce qu’elle a perdu du poids géostratégique au profit de la Russie, surtout parce que la population refuse (la France) parce qu’elle la considère comme une puissance coloniale ».

https://www.nova.news/libia-haftar-aiuta-le-forze-francesi-contro-i-ribelli-del-ciad/

Tchadanthropus-tribune avec NOVA News

1788 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire