Document attestant de la prestation de Keystone Strategic Advisers à destination du “gouverneur de l’Est libyen”. La guerre d’influence entre factions libyennes bat son plein à Washington. Selon nos sources, l’homme fort de l’Est Khalifa Haftar fait appel, depuis le 1er décembre, à un nouveau cabinet de lobbying, Keystone Strategic Advisers (KSA). Cette petite agence pilotée par Ariel Mittlemana été mandatée par le “gouverneur de l’Est libyen” – fonction occupée par le chef d’État-major de Khalifa Haftar, Abderrazak Nadhouri– pour lui prodiguer des “conseils en communication politique et stratégique” et l’aider à “développer une Libye démocratique et multi-ethnique”. Coût de la prestation : 450 000 dollars par an… payés d’avance. Le dossier sera géré par l’un des lobbyistes de KSA, Vladimir Petrovic, ex-ambassadeur de Serbie aux États-Unis qui s’est ensuite mis au service du “congressman” démocrate Mike Quigley. KSA épaulera Grassroots Political Consulting, recruté par l’un des fils du général, Khalid Haftar. Malgré tout, les autorités de Tripoli marquent des points à Washington : Donald Trump a ouvert les portes de la Maison-Blanche au Premier ministre Fayez Sarraj, le 1er décembre.

Tchadanthropus-tribune avec la lettre du Continent

1417 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article