La prochaine réunion des pays frontaliers du sud de la Libye (Tchad-Niger-Soudan), calée le 29 mai à N’Djamena, a déjà du plomb dans l’aile. Hôte de cet événement, le chef de l’État tchadien Idriss Débya procédé à un remaniement gouvernemental le 8 mai, et son homologue soudanais Omar El-Béchirvient de changer de ministre des Affaires étrangères. Surtout, la situation à Sebha, au cœur de ces pourparlers, s’est retournée avec la victoire de forces Toubous sur le 6e bataillon, le 13 mai. Or, non seulement les Toubous annoncent ne plus vouloir négocier avec les Ould Slimane, mais le départ du 6e bataillon fragilise la position de l’homme fort de l’Est libyen Khalifa Haftar, allié d’Idriss Déby… Cette réunion, qui pourrait être repoussée après la fin du ramadan, mi-juin, s’inscrit dans la suite du mini-sommet organisé à Niamey en avril par le président du Niger Mahamadou Issoufou, qui préside l’alliance régionale antiterroriste G5 Sahel.

Tchadanthropus-tribune avec la lettre du Continent.

1696 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article