Signé fin mars sous l’égide de l’Italie, l’accord entre les communautés Toubouet Ould Slimanevisant à ramener la paix dans le Fezzan a déjà du plomb dans l’aile. Selon nos sources, les représentants Toubous menacent de rompre le deal s’ils n’obtiennent pas rapidement les compensations financières pour les familles des victimes des affrontements intertribaux, d’un niveau au moins comparable à celles versées par le gouvernement d’Ali Zeidan aux Ould Slimane (d’ethnie arabe) en 2014. Le ministre de l’Intérieur Marco Minniti avait promis de prendre en charge ce “prix du sang” pour que cessent les vendettas Les négociateurs Toubou, qui comptent récuser l’ONG italienne Ara Pacis Initiative, qui avait organisé les pourparlers, refusent aussi de rouvrir l’aéroport de Sebha. Or Rome veut y implanter un centre de contrôle des flux migratoires…

Tchadanthropus-tribune avec la Lettre du Continent.

1102 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article