D’après nos sources, plus de 80 personnes ont été arrêtées la semaine dernière à bord de deux gros camions qui faisaient route vers la Libye.

Parmi ces personnes on peut observer des jeunes, vieux et des femmes avec enfants. Les autorités qui arrêtent ces camions soupçonnent de rébellion le flux des jeunes et certains vieux. Sans aucune preuve, les autorités les accusent de rejoindre les FACT, un mouvement politico militaire établi à l’extrême nord du Tchad et le sud de la Libye.

Mais en vérité le gouverneur du Bahr El-Ghazal Ramadan Erdoubou et le général Ousman Brahim Djouma font une fixation sur les commerçants natifs du Bahr El-Ghazel pour les arraisonner et les dépouiller financièrement.

Depuis avril 2021, et après l’attaque des FACT qui ont causé la mort d’Idriss Déby, un index particulier est fait sur les commerçants et hommes d’affaires de la région du Kanem sous prétexte qu’ils de mèche avec la rébellion des FACT à cause de l’assimilité communautaire. Plusieurs commerçants ont été injustement accusés par ces mêmes autorités, n’ayant leur salut que contre le versement d’une espèce de rançon.

Cette injustice continue de créer une frustration profonde au sein de la population, et toutes ces personnes à qui on refuse de voyager.

On ne peut indéfiniment créer l’injustice au Tchad et prétendre vouloir son développement. L’injustice et la frustration sont un leitmotiv engendrant le ras-le-bol.

Tchadanthropus-tribune

525 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire