Ça y est, il est clairement établi que le général libyen Khalifa Haftar ne pourra pas seul entrer à Tripoli, où ses forces stagnent depuis plusieurs semaines.

Selon nos sources, un accord fut scellé lors de la rencontre de N’Djamena où Idriss Déby avait pu réunir le général soudanais Hemiti et Mini Arkou Minawi, rebelle soudanais reconnu comme supplétif auprès du général Haftar.

Pendant cette rencontre de N’Djamena, il a été conclu de venir en aide à Haftar en envoyant des hommes et du matériel sur le terrain.

2500 soldats tchadiens seraient partis en renfort auprès de Haftar et actuellement 1000 éléments des forces rapides seraient aussi sur place pour les renforcer. r.

Mais le général Hemiti va augmenter le nombre de ses hommes en y ajoutant 4000 autres éléments. Ces forces vont être convoyées jusqu’à Benghazi par des avions émiratis. Les Émirats arabes unis font une demande officielle pour que leurs avions se posent à Khartoum en escale. Mais le but réel de cette escale est pour embarquer les soldats des forces rapides de Hemiti et les déposer en Libye.

Haftar prépare l’offensive de la dernière chance avec le concours de ses alliés. Une guerre contre une instance reconnue par l’ONU et la plupart des pays occidentaux. Et dire que tout ce qui se passe se fait au nez et à la barbe des services de renseignements occidentaux, sans que cela n’émeuve le gotha international.

Tchadanthropus-tribune

2082 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article