N’DJAMENA – Les activités ont repris ce lundi dans les services publics et parapublics au Tchad après deux mois de grève observée à l’appel de l’Union des syndicats de ce pays de l’Afrique centrale (UST).

Samedi dernier, au cours d’une assemblée générale, les travailleurs grévistes ont décidé d’observer une trêve d’un mois, à compter du 17 septembre. "Cette suspension de la grève a été décidée pour ne pas décevoir les religieux. Ce n’est pas un signe de faiblesse", explique Michel Barka, président de l’UST.

Face à l’intransigeance du gouvernement et de ses partenaires sur l’application d’un protocole d’accord relatif à l’augmentation des salaires signé en novembre 2011, les trois leaders des communautés musulmane, catholique et protestante, ont offert leur médiation aux deux parties en conflit.

Mardi, s’ouvre à N’Djaména le procès des trois leaders de l’UST et du directeur de publication de N’Djaména Hebdo, un journal indépendant qui a publié une pétition de la centrale syndicale appelant à une meilleure gouvernance du pays.

L’UST menace de reprendre la grève, dès le lendemain, si la justice venait à condamner ses dirigeants pour diffamation et incitation à la haine tribale, comme le demande le ministère public.

Source : Xinhua

189 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article