Depuis son passage dernièrement en France, celui que la rédaction appelle affectueusement le barbier de la Garonne (Mahamat Saleh Haroun) a intelligemment actionné sa promotion personnelle par le film qui l’a propulsé dans le gouvernement d’Idriss Déby. Lui qui se targue de s’illustrer comme une lumière venue éclairer l’ignorance de la jeunesse tchadienne, cautionne et défend mordicus le régime d’Idriss Déby connu pour sa répression sur la population, sur la jeunesse, et son déni de droits de l’homme. Son film documentaire à charge sur Hissein Habré lui sert de fond de commerce auprès des médias vassaux et autres conducteurs qui font l’essence de sa démarche. Il affirme par une hypocrisie mal figée en parlant de la tragédie HH, un régime autoritaire, une dictature et une sauvagerie de sa police politique (DDS). Son indignation est-elle réelle si lui sert aujourd’hui un régime qui a une police politique (ANS) qui ne peut envier la DDS, l’ANS enlève en plein jour des tchadiens. D’autres sont morts dans ses geôles. Que le sieur Mahamat Saleh Haroun fasse un tour dans les lieux de détention de l’ANS – Sourd et muet qu’il écoute les témoignages des rescapés de l’ANS. Plus de 80, voir plus 100 personnes dans des cellules de 4/5 mètres. On en ferme ces prisonniers de 16 h à 7 h 30 du matin où la plupart d’entre eux passent la nuit debout pendant que la température fait au-delà de 40 degrés à l’ombre. Rien n’étonne les patriotes tchadiens dans l’engagement de Mahamat Saleh Haroun tant il a tout orchestré, aidé par un lobby bien connu afin d’accéder dans un gouvernement d’un régime qui n’est jamais cité en exemple. Dès sa prise de fonction et son interview du début, il avait éludé la responsabilité du régime tchadien dans l’assassinat du professeur Ibni Oumar Mahamat Saleh en de termes peu respectueux, souillant la mémoire de l’illustre disparu. Vouloir coûte que coûte plaire et séduire aux maitres des lieux en occultant des vérités ne peut que desservir. Et être ministre dans un gouvernement d’Idriss Déby n’est point un exemple de légende. Vaut mieux sa dignité même dans l’ombre de l’arbre, que de vendre son âme au diable… À suivre.

1451 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article