De sources vérifiées, plus de 200 millions de FCFA ont été retirés des salaires comme cotisation à la CNPS (caisse nationale pour la prévoyance sociale), mais jamais cet argent n’est parvenu à la CNPS, et cela depuis l’année 2012.

Une investigation parfaite met en musique plusieurs protagonistes au centre de l’affaire partant du responsable de la commune du 1er arrondissement de l’époque Mahamat Ibrahim Siam, impliquant son ex-adjoint Djibrine Mahamat Abdelkerim aujourd’hui 1er responsable de la commune du 1er arrondissement depuis 2018, et sous l’œil complice de plusieurs responsables au courant de l’affaire, partant de Mr Adago Yakhouba qui était délégué du gouverneur de la ville de N’Djamena à l’époque, de Mr Forteye au même titre et Mahamat Ismaïl Chaïbo aujourd’hui ministre de l’Administration des territoires. Personne des responsables cités n’a pu solutionner cette affaire laissant les employés au désarroi, spoliés de leurs droits à la CNPS.

Les documents que la rédaction publie ici sont les preuves de malversation au sein de la commune du 1er arrondissement municipal de la ville de N’Djamena. La CNPS réclame plus de 200 millions de FCFA comme contribution de charge coupée à la source des salaires des employés depuis 2012 jusqu’à nos jours, mais jamais reversés à la CNPS. Selon nos informations, cette réclamation a été faite sur la base de 74 employés depuis 8 ans égale à 202 millions de FCFA, mais une mission de contrôle dépêchée dernièrement par le gouvernorat, comportant le délégué chargé à l’économie, le délégué des finances pour la ville de N’Djamena a permis de dévoiler 71 autres employés non déclarés, dans la même situation en plus de 74 employés concernés par cette situation. Cela porte au Total à un nombre de 145 employés volés de leurs droits.

Selon nos sources, 20 sur 27 conseillers ont écrit pour la tenue d’une session extraordinaire afin de clarifier cette situation, mais le maire de la commune du 1er arrondissement Djibrine Mahamat Abdelkerim a catégoriquement refusé. Il dit clairement qu’il ne reconnait pas la disparition de ces sommes et par conséquent il n’organisera point une session extraordinaire.

  • De quoi se reproche-t-il ?
  • Quel pacte tacite a-t-il conclu avec son ancien patron Mahamat Ibrahim Siam ?

En tout cas, il y a quelque chose qui ne cloche pas puisque jusqu’à aujourd’hui cette histoire n’est pas résolue.

À la date du 30 décembre 2020, le maire du 1er arrondissement Djibrine Mahamat Abdelkerim organise une session remaniée du budget de la commune. Face à son refus de clarifier la situation de 145 employés, les conseillers lui rétorquent aussi leurs refus. Cela n’empêche pas le maire de la commune de passer en force avec le truchement de l’administrateur. Lui et l’administrateur ont fini par adopter un budget remanié sans le consensus de la majorité des conseillers. L’administrateur qui ouvert la session n’a pas encore clôturer celle-ci jusqu’à présent.

Excédés depuis longtemps par cette situation, depuis le 04 août 2020, les conseillers ont écrit et envoyé une correspondance explicative au cabinet d’Idriss Déby qui l’aurait reçue. Le directeur de cabinet civil Aziz Mahamat Saleh a-t-il fait une fiche à son patron pour lui évoquer l’urgence de la situation de ces pauvres 74 employés ? Personne ne pourra le garantir, dans ce pays où la corruption et les passe-droits sont énormes. Toujours est-il que justice doit être rendu à ces 145 employés de la mairie du 1er arrondissement spolié et volé injustement.

Pauvre Tchad, un pays où les voleurs de biens publics ne sont pas inquiétés.

Tchadanthropus-tribune

964 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire