De sources étayées, le maire de la ville de N’Djamena Abdelaziz Damane a été suspendu ce mardi 30 juin 2020 au matin pour manquement. Son adjoint Oumar Boukar assure son intérim.

D’après nos sources, l’aspect “manquement grave“ formulé indexe un cas de mauvaise gestion sur un fonds de 208 millions de FCFA octroyés pour la riposte contre covid19, dit-on. Cette somme a été allouée par le Comité de gestion de crise sanitaire pour la sensibilisation à travers la ville et d’autres activités en vue de contrecarrer la Covid-19.

Le document de suspension de fonction sur Mr Saleh Abdelaziz Damane, a été signé par le ministre de l’Administration du Territoire et des Collectivités territoriales décentralisées, Mahamat Ismaïl Chaïbo.

Pour rappel, le maire Saleh Abdelaziz Damane qui est revenu pour la 2e fois à la tête de la Commune de N’Djaména, n’est pas à sa première suspension. Il a été suspendu par l’ancien délégué général du Gouvernement auprès de la Commune de N’Djaména, Djibert Younous, pour insubordination avant d’être réhabilité.

La mauvaise gestion de la chose publique est devenue le sport plus que favori des pontes du régime qui n’existe qu’en volant le peuple tchadien. Tout le monde est voleur de la tête jusqu’aux pieds. Le comble dans cette administration est que le voleur limogé ou suspendu aujourd’hui est réhabilité dans quelque temps, et à son tour lui aussi limoge s’il voit le même exemple sur un autre.

En 30 ans, l’impunité avec laquelle jongle Idriss Déby ne rend pas service aux tchadiens. Les voleurs ont pris la confiance, et l’assurance de revenir aux affaires quoi qu’ils aient fait. Passé le temps du limogeage, ils reviennent à un poste de responsabilité pour perpétuer les mêmes vols de deniers publics.

Il suffit simplement voir les biens immobiliers des fonctionnaires et autres acabits du régime, en jaugeant leurs salaires et la valeur des biens amassés. Le calcul est simple et sans équivoque.

Le Tchad est la caverne d’Ali Baba, convoitise de tous les bandits.

Tchadanthropus-tribune

779 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article