De sources bien renseignées, le chef d’unité du 8e arrondissement répondant au nom de ALI ABAKAR AHMAT (ABBA ALI) devrait être renvoyé par les autorités municipales à cause de plusieurs griefs à son encontre.

L’année dernière, l’ex l’administrateur délégué du 8e arrondissement répondant au nom de ABGOUDJA KHAMIS actuellement en poste au 3e arrondissement allait être lynché par la population de ladite commune. Normalement le chef d’unité devrait le protéger, mais malheureusement il a pris fuite et laissant l’administration entre les mains des bourreaux n’eut été l’intervention des forces de l’ordre, il allait être tué.

Il faut rappeler à la mairie centrale que pour ne pas subir les sanctions, Mme la maire actuelle est intervenue en sa faveur pour ne pas être sanctionné. Et cette dame a fait tout pour le rétablir dans son poste de chef d’unité. Une preuve qui confirme qu’ils ont une complicité entre eux.

Nous voudrons préciser également que toute la population du 8e arrondissement est séquestrée par ce tout puissant chef d’unité et couvert par Mme la maire du 8e arrondissement. La question est la suivante, pourquoi les autorités municipales laissent des telles arnaques se passer sous leurs yeux, sans réagir ? Et tout cela c’est la pauvre population qui encaisse. Nous demandons une fois de plus aux autorités municipales de prendre les choses en main afin de démanteler ce réseau du plus haut sommet et redorer l’image de notre police municipale d’antan.

Aussi, tant que l’équipe actuelle est en place, les arnaques vont continuer. Par conséquent, Il faut responsabiliser des hommes intègres et de bonne moralité pour changer l’image de ce corps. D’ailleurs, la police municipale a des hommes compétents qui peuvent faire l’affaire. 

Concernant les arnaques au sein de la police municipale dont nous faisions mention, il faut noter également que ce chef d’unité du 8e est non seulement appuyé par le directeur et son staff, mais également par l’inspection des sévices municipaux actuelle. Aussi il faut signaler de passage que le Maire et les autorités municipales, commencent à prendre conscience et ont fait tomber un autre arnaqueur, un gros poisson, c’est celui de chef d’unité du 7e arrondissement. Nous espérons que les choses aillent sur cet élan non seulement pour les chefs d’unité arnaqueurs, mais aussi leurs parrains et complices des responsables de la police municipale notamment, le directeur et son chef de corps qui eux aussi en font partie.

Ce que l’on ne comprend pas jusque-là, ce sont les mêmes têtes qui reviennent à la tête la police. Notre police municipale est malade et son seul remède c’est le démantèlement de ce réseau de ceux qui responsabilisent les chefs d’unité moyennant de l’argent. Pour information, si la population de la ville de Ndjamena criait c’est à cause de cette mafia organisée. Les pauvres, et surtout nos mamans veuves qui ont des charges sur elles, en souffrent de leurs arnaques.

À l’allure où nous allons, les autorités municipales actuelles pourront changer les donnes pour le bien de la population et pour le salut de ce corps, il faut impérativement responsabiliser les anciens qui ont l’expérience et les hommes qu’il faut. Parce que dans de tels cas, seul le changement est la seule issue. Il est bon de rappeler que, le chef de corps actuel a remplacé un des meilleurs des officiers et ancien de la boite, de surcroit intellectuel. Il s’agit du commandant Issa Moussa.

Par rapport à ce chef de corps actuel, lui aussi ne fait pas exception. Puisque c’est un semi-lettre, tandis que ces adjoints sont non seulement des intellectuels, mais aussi des anciens. Nous réitérons notre appel au Maire de la ville de Ndjamena de remettre de l’ordre pour la bonne image de la police municipale, mais aussi pour le salut de cette population qui comptait sur ses élus.

Pour complément des informations, le chef d’unité du 8e en complicité avec ses chefs hiérarchiques notamment le directeur et le chef de corps défient ses supérieurs. En effet, le mercredi passé suite à une descente au marché Bada dans la commune du 8e arrondissement, une commission composée des policiers municipaux, des gendarmes et des gardes nomades faisaient des patrouilles dans différentes zones de la capitale, particulièrement aux marchés. Comme la police municipale a désigné comme chef de mission un colonel du nom DAMTAYA GODY, mais comme il se voyait intouchable parce qu’il est couvert par ses complices et certains chefs hiérarchiques, on dirait que c’est lui le chef de mission. Il défie l’autre chef de mission et sa suite.

Nous réitérons notre appel aux autorités de démanteler les réseaux de cette mafia composée de directeurs de la police, de chefs de corps et les autres Complices pour que la population de Ndjamena aspire à une tranquillité. Aussi il est bon de vous rappeler que, un des chefs d’unité le plus mafieux a été démis de ses fonctions. Il s’agit du chef d’unité du 7e arrondissement. Le Maire de la ville de Ndjamena doit remettre de l’ordre en responsabilisant les anciens pour le bien de la population et donner une belle image de la ville. Le Maire est au courant des certains forfaits que ces chefs d’unité en sont responsables. Le dernier forfait qu’à commis ce chef d’unité du 8e c’est celui concerne un certain général qui a été autorisé par Mme la Mairie du 8e et son chef d’unité ALI ABAKAR AHMAT en complicité avec ses chefs hiérarchiques. Ce forfait, même le Maire de la ville de Ndjamena devrait être au courant. Tout est parti d’un conflit entre les commerçants qui étaient victimes d’un incendie de gaz butane, et ce chef d’unité en complicité avec Mme la Maire du 8e et le commandement ont attribué le terrain où l’incendie a eu lieu à un général de l’armée, mais les commerçants ont refusé et heureusement les choses sont rentrées dans l’ordre. Tout cela, c’est pour vous dire que la population du 8e arrondissement est confrontée à des problèmes et c’est le chef d’unité qui est à l’origine.

Pour ne pas tenir l’image de la police municipale, il doit sanctionner ces arnaqueurs. Comment concevoir qu’un policier illettré qui a été recruté le 13 novembre 2014 reçoit le grade de commandant aux dépens des anciens qui ont des vingtaines voire trentaine d’années et qui n’ont même pas le grade de lieutenant. Cela explique la complicité existante entre ce chef d’unité et ses chefs hiérarchiques. Par conséquent, le Maire est interpelé pour redresser ce corps. 

Une source sure émanant de la mairie centrale de Ndjamena, faisant état d’un détournement d’un fonds alloué aux agents de la police municipale. Ce fonds un d’un montant de 4 millions et poussières de FCFA est détourné par les responsables de la police municipale, notamment le directeur et son chef de corps. Le fonds en question est destiné comme PGA aux policiers municipaux dans le cadre de la lutte contre la pandémie de covid19 et permettent aux agents qui effectuaient des patrouilles.

D’après nos sources, ils étaient même interpelés par le maire de la ville de Ndjamena, et après explications, le directeur et son chef de corps ont avoué. Pendant que les pauvres policiers faisaient de leur mieux pour sécuriser la ville et sa population, ces derniers (le directeur et le chef de corps) ne pensent qu’à leurs intérêts égoïstes. Nous interpelons une fois de plus le maire de la ville de Ndjamena de prendre des mesures conséquentes afin de les poursuivre. La balle est dans le camp des autorités compétentes. Affaire à suivre.

Citoyen de la ville de N’Djamena

Correspondance particulière

382 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire