Seul chef d’État étranger à avoir participé à la cérémonie d’intronisation du président de la transition Bah N’Daw le 25 septembre, le président bissau-guinéen tente, à la faveur du coup d’État au Mali, de resserrer ses liens avec Bamako. Un activisme largement appuyé par l’homme d’affaires malien Aliou Boubacar Diallo.

La petite escapade à Bamako du président bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo n’a pas manqué d’alimenter les railleries dans plusieurs capitales ouest-africaines. Alors que la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) maintient depuis le mois d’août ses sanctions contre le Mali, sa présence à l’investiture du président de la transition Bah N’Daw et du vice-président Assimi Goita, a été perçu par plusieurs chefs d’États comme un acte de provocation à leur encontre.

Arrivé en jet privé le matin du 25 septembre dans la capitale malienne, Embalo s’est notamment entretenu avec Assimi Goita ainsi qu’avec le n° 2 du Comité national pour le salut du peuple (CNSP), le colonel Malick Diaw. Depuis le putsch du 18 août, c’est ce dernier qui a la main sur les relations diplomatiques de la junte. Le nom de l’officier putschiste circule par ailleurs activement pour rejoindre le gouvernement que doit prochainement annoncer le premier ministre de la transition Moctar Ouane.

Un intime d’Aliou Boubacar Diallo

Selon nos informations, c’est l’homme d’affaires malien Aliou Boubacar Diallo qui a organisé la venue du président bissau-guinéen à Bamako. Les deux hommes, qui se connaissent depuis plusieurs années – et n’hésitent pas à s’appeler mutuellement “frère” -, ont déjeuné ensemble dans la foulée de la cérémonie.

Aliou Boubacar Diallo a longtemps opéré dans le secteur minier via sa société Wassoul’Or. Il s’est aussi lancé dans les hydrocarbures, à la tête de Petroma. Cette entreprise, enregistrée au Canada, avait notamment en 2018 cherché à s’adosser à des investisseurs étrangers pour exploiter le gisement de gaz naturel à hydrogène sur son bloc 25, situé au sud-ouest du Mali (Africa Intelligence20/02/18).

La même année, il avait tenté de lancer sa carrière politique en se présentant à l’élection présidentielle sous la bannière de son parti de l’ADP Maliba. Aliou Boubacar Diallo était arrivé en troisième position avec près de 8 % des voix. Comme Embalo, l’homme d’affaires malien est issu de la communauté peuhle. Symbole de la proximité entre les deux hommes, Diallo est rentré avec Embalo à Bissau, où il séjourne actuellement.

Pluie de présidents pour Embalo

La veille de son déplacement dans la capitale malienne, Embalo avait célébré en grande pompe la fête nationale bissau-guinéenne en présence de plusieurs présidents ouest-africains à l’instar de Mohamed Ould Ghazouani (Mauritanie), George Weah (Liberia), Roch Marc Christian Kaboré (Burkina Faso) ainsi que de Muhammadu Buhari (Nigeria)et Macky Sall (Sénégal). Les chefs d’Etat nigérian et sénégalais avaient activement soutenu Embalo durant la dernière élection présidentielle.

Tchadanthropus-tribune avec la lettre du continent

519 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article