Dans un communiqué du 22 avril 2023, l’Association pour la réinsertion des enfants et la défense des droits de l’homme (ARED) dénonce l’implication de certains responsables des forces de l’ordre dans la traite des enfants.

 

Le communiqué de citer le cas d’un responsable des forces de défense et de sécurité en poste à Koumra qui a déporté deux (2) enfants mineurs âgés d’environ 12 et 16 ans natifs du village Kakerte dans le canton Mahim – Toky, département de Tar Alnass, province du Mandoul à destination d’Amndjarass pour être enrôlés dans la traite. “Mais à l’instant, ces derniers sont gardés au camp des Garde Nationale et Nomade du Tchad de Koumra depuis plus d’une semaine en attendant leur acheminement vers la zone d’exploitation”.

 

L’ARED demande aux autorités administratives et judiciaires de prendre des dispositions pour que ces enfants soient relaxés et que cette pratique criminelle s’arrête et que les présumés auteurs soient mis à la disposition de la justice afin qu’ils répondent de leurs actes.

 

Pour finir , l’ARED par la voix de son coordonnateur, Madjiyera Ngar Alkoa, rappelle aux autorités de la transition la nécessité d’une justice sociale pour promouvoir le vivre ensemble tout en réitérant son attachement aux idéaux de la démocratie, gage d’une bonne gouvernance

Le Tchadanthropus-tribune avec Tchad info

1669 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire