Dans l’ensemble du pays, ce jeudi était perçu comme un jour où la vérité sera dite. Où de tous les orifices le peuple saura réclamer justice face à l’injustice qu’il subit. Mais la mobilisation a été très faible. Mahamat Nour Ibedou, l’un des principaux acteurs de la société civile a marché seul, entouré de quelques militants de la CTDDH dans le 5e arrondissement de la ville de N’Djamena. La colère contre les gouvernants s’est transformée en colère entre manifestants parce que beaucoup de regroupements n’avaient pas suivi le mouvement de marche. Les partis politiques ont pondu un communiqué conjoint tard la veille dans la nuit de solidarité, comme pour ne pas vouloir apparaître. Aucun de leurs représentants n’est sorti à la tête d’un cortège, alors qu’en vérité ils devraient donner l’exemple en marchant côte à côte avec la société civile.

Dans le 6e arrondissement, un petit groupe est aussi sorti en trompant la vigilance des gendarmes et policiers, mais très vite ce groupe a été dispersé à coup de gaz lacrymogène. Leur slogan s’intitule ainsi « Exprimons par la présente motion notre colère contre la mauvaise gouvernance perpétrée depuis 90 par Idriss Déby Itno, condamnons les agissements consistant à augmenter les prix de denrées de première nécessité et à effectuer les coupes seules sur les traitements des travailleurs ». Parmi les contestataires, douze (12) personnes ont été interpellées et conduits au commissariat central. Il faut le dire sans sourciller que ce jeudi de la colère fut un échec, et qu’il faut savoir tirer les conséquences, du jamais une association seule, ou un parti politique seul, ne peut arriver à quoi que ce soit. L’union fait la force et multiplie les options de lutte. La preuve, Ibedou a eu le courage seul de faire sans les autres, quand les autres ont choisi de se cacher comme des lapins “Dixit Ahamat Bachir“. Servez-vous de cet échec pour rebondir positivement. L’échec en somme n’est pas une honte, il sert d’expérience et d’enseignement pour des perspectives futures. Il faut applaudir le peuple de Walia, de Chagoua et de Moursal pour son abnégation et son courage. Marchons ensemble, sans quoi rien ne se fera…

Tchadanthropus-tribune

1930 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article