De la menace à l’interdiction, le ministre de l’insécurité et de la repression publique Ahamat Bachir monte au créneau. Il affirme sans complaisance que “ Si un chef de parti ou d’association sort marcher le jeudi 08 février, son parti ou association sera dissout “. Un défi qui sera clairement relevé par les manifestants, car ce n’est point Bachir qui les fait vivre.

Lundi dernier dans la matinée, Idriss Déby s’est envolé vers le Niger en raclant au passage 300 millions de FCFA du trésor public. Tous les Tchadiens sont étonnés et les fonctionnaires du trésor. Déby est arrivé l’avant veille du Sénégal où il a pris part à une conférence, aussitôt arrivé, aussitôt reparti à Niamey où un collectif de la société civile nigérien publie un communiqué contre son arrivée au Niger. Pendant ce temps les choses se corsent à N’Djamena, les banquiers ont décidé d’aller en grève sauf à la BCC. Les magistrats font une assemblée générale et décident d’aller en grève sèche et illimitée, pendant que le DGA du trésor se fait arrêter à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle pour avoir perdu son passeport. Les appels étaient incessants vers le quai d’Orsay pour une intervention à la police des frontières afin qu’elle soit libérée. Mardi matin, les partis politiques qui ont décidé de marcher ont été dispersés par la police de Bachir. Leurs chefs de contestation Djimet Bagaou a été arrêté tôt dans la matinée tandis qu’a Sarh des gaz lacrymogènes ont été lancés sur les manifestants de la “journée de tintamarre “. Tout le pays s’embrase face à la précarité et la mauvaise gouvernance. Les tchadiens n’ont droit à rien, de la bouche tondue de Bachir ils apprennent qu’autoriser une manifestation serait une grosse erreur de leur part. Même si le fait de marcher est un droit constitutionnel, le perroquet national utilise son vocabulaire arrogant et salissant pour dire niet contre le droit. Le 06 février, malgré l’interdiction les jeunes sont sortis à Walia, Chagoua et Moursal. Plusieurs blessés sont à dénombrer dont 4 très gravement. Le 08 février prochain sera une journée de colère comme cela a été annoncé. On verra si Bachir fera encore des siennes.

Tchadanthropus-tribune

2171 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article