Le Ministre de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et de l’Urbanisme, 𝐌𝐚𝐡𝐚𝐦𝐚𝐭 𝐀𝐬𝐬𝐢𝐥𝐞𝐜𝐤 𝐇𝐚𝐥𝐚𝐭𝐚 accompagné de son équipe, se trouve au Royaume du Maroc pour une visite de travail, depuis le 16 juin 2023.

Cette visite de travail à Rabat au Maroc s’inscrit dans le cadre de la redynamisation des relations et permet d’échanger et d’approfondir sur certains axes spécifiques découlant des domaines ciblés dans la convention de partenariat qui lie le Tchad et le Royaume du Maroc. Elle s’inscrit aussi dans un contexte où le Tchad traduit les orientations stratégiques contenues dans sa vision de développement à l’horizon 2030 « Le Tchad que nous voulons ».

Le Ministre de l’Aménagement du Territoire 𝐌𝐚𝐡𝐚𝐦𝐚𝐭 𝐀𝐬𝐬𝐢𝐥𝐞𝐜𝐤 𝐇𝐚𝐥𝐚𝐭𝐚 a relevé que les deux Gouvernements ont signé une convention de partenariat en 2017 dans le domaine de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et du Développement Urbain pour une durée de cinq (5) ans renouvelables. « Et bien avant cela, un accord de coopération et une convention de partenariat en 2014 a permis l’installation d’une usine de production de ciment au Tchad appelée Société des Ciments de l’Afrique SA (CIMAF) qui est aujourd’hui opérationnelle et continue à répondre à l’énorme demande dans ce secteur de construction pour la population tchadienne » a-t-il rappelé.

Il ajoute que ces réalisations sont des preuves tangibles et manifestes de la volonté des plus Hautes Autorités de renforcer la coopération et la collaboration entre les deux Etats frères dans ces domaines vitaux à l’effet d’améliorer les conditions de vie de nos citoyens et pour le développement harmonieux et durable de nos villes et villages.

La République du Tchad est partie prenante de tous les documents programmatiques internationaux dont les Objectifs du Développement Durable (ODD) à l’horizon 2030 ; le Nouvel Agenda de Développement Urbain Durable (NAU) à l’horizon 2036 et l’Agenda 2063 de l’Union Africaine. Tous ces instruments reconnaissent que l’urbanisation est désormais considérée comme le moteur de l’industrialisation et donc du développement économique des nations.

« Une ville bien gérée favorise le transfert des technologies, la formation du capital humain et génère des économies d’échelle plus élevées et est donc à l’origine des transformations structurelles » indique-t-il.

Pour Le Ministre de l’Aménagement, pour réaliser la bonne gestion du développement urbain et l’aménagement du territoire, il faut nécessairement une maitrise et une rigoureuse gestion du foncier urbain et rural, une amélioration de l’accès au logement, une disponibilité efficace des services de base ainsi qu’un bon fonctionnement des services du cadastre.

C’est dans cette optique et conformément aux recommandations contenues dans la Stratégie Nationale de Logement, le Gouvernement du Tchad a mis en place plusieurs projets urbains et notamment la création de la Société de Promotion Foncière et Immobilière du Tchad (SOPROFIM), la Banque de l’Habitat du Tchad (BHT) ainsi que des textes législatifs.

En effet, le Tchad est l’un des pays à fort taux d’urbanisation. Selon les statistiques disponibles, le taux d’urbanisation est estimé à 2,6%. Seulement, il est confronté à une urbanisation dite sauvage c’est-à-dire mal maitrisée qui engendre de nombreuses conséquences d’occupation anarchique, d’insuffisances des services sociaux de base, et d’inondations récurrentes. (source MATHU)

Le Tchadanthropus-tribune

1510 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire