Selon nos propres constats, et cela et prouvé et approuvé par une gent en mal de sensation. Tout communicant autour d’Idriss Déby ne réfléchit pas par l’aspect de concert. À se dire que les divers communicants qui s’adressent au nom du Tchad végètent la colère et non le message de circonstance. Face aux différentes charges des organisations internationales, quand elles sont négatives, les hommes et les femmes qui doivent contrer les accusations commencent toujours par déverser leurs colères à la limite des insultes, au lieu d’expliquer le tort qu’on fait au pays. Tous sans exception pensent qu’en vociférant ils vont plaire à Idriss Déby et ainsi sauver leur poste. Mais que fait-on en définitive du tort porté au Tchad ? Ont-ils réglé le problème posé ?

 

Ceci dénote du manque d’organisation et des consultances. Si vous posez la question à ses fonctionnaires, ils vous diront qu’on les envoie à la hâte au charbon pour répondre à la vindicte, mais jamais il n’y a des consultations et des stratégies de communication avant de répondre. Certains fonctionnaires contactés confirment cet élan bancal et amateur qui font souvent pschitt face aux accusations à l’internationale. Le régime d’Idriss Déby est une dictature, c’est une tyrannie qui s’en moque des droits de l’homme, un régime encore plus que mal gouvernant à la gestion calamiteuse du pays. Il faut savoir accepter ses torts pour mieux faire, mais ne jamais faire du déni dans le mensonge. S’il vous plait, daignez représenter le Tchad autrement.

Tchadanthropus-tribune

1640 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article