À quelque jour du Dialogue national inclusif (DNI), les responsables des médias privés ont constaté la non-implication de leur participation au processus du DNI. Pour se faire entendre, les responsables des médias privés ont tenu, ce matin à la Maison de Médias, un point de presse. 

Dans sa déclaration, le porte parole des responsables de médias privés, Mbairabé Ouaye a souligné que, l’avenir des médias privés du Tchad est sombre voire noir. « Dans un pays dit démocratique on ne peut pas traiter les médias de la sorte. Les médias sont relégués au rang d’esclave. Il n’est un secret pour personne que les médias privés ont de devoir et non de droit » a dénoncé le porte parole des responsables de médias privés.

A travers cette rencontre, les responsables des médias privés accordent un délai 48 heures au CODNI pour leur participation au dialogue national inclusif. Ils demandent, en outre, à la HAMA de retirer systématiquement la fiche liberticide de renseignements adressée aux responsables des médias privés et de payer sans condition tous les arriérés de l’aide à la presse.

Tout en tenant pour responsable le Président du Conseil Militaire de Transition , les responsables des médias privés demandent au PNUD le payement de la troisième tranche du fonds alloué aux médias pour le DNI pour certains et 3 tranches pour d’autres sciemment écartés.

Tchadanthropus-tribune avec Toumaï Web Média

330 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire