La mort du fils de l’ancien président tchadien, Goukouni Weddeye (1979-1982), a terriblement choqué les Tchadiens, déjà traumatisés par la mort sous la torture de la gendarmerie de Mahamat Nour Abakar et Mahamat Oumar dans la nuit du 18 au 19 août, la mort sous torture de l’Agence Nationale de Sécurité (ANS) d’Issa Hassabanebi Albachar, fin septembre, les tirs contre le policier Hassan Maidé Kalia, blessé par les neveux et enfants d’Idriss Deby, le 16 août. Mais que se passe-t-il au Tchad ? À qui le tour ?


En attendant des réponses, le cas d’Ahmadi Goukouni Weddeye, jeune policier de 28 ans, reste encore à élucider.

Mais qui a tué Ahmadi ?

 

Deux certitudes :


-Il a été tué non pas par 1 mais 3 personnes selon la version donnée par la victime avant son décès;
-Il s’agit probablement des proches d’Idriss Deby, « habitués à tirer sur des policiers et tuer des innocents ».
-Information de dernière minute : selon des sources concordantes, L’AUTEUR PRINCIPAL DU MEURTRE D’AHMADI GOUKOUNI WEDDEYE EST TAHIR ALI TOLO, un militaire lattant, proche d’Idriss Deby.

 

Comment Ahmadi a-t-il été tué ?

 

Ceux qui ont tué le fils du 4e président tchadien, n’ont pas voulu l’intimider, mais l’éliminer purement et simplement : il a été sauvagement poignardé au cou et quand il s’est effondré, se vidant de son sang, ses bourreaux l’ont roué de plusieurs coups de pied dans les côtes, ne lui laissant aucune chance de survie.

 

Qui est arrêté ?

 

L’arrestation d’un certain Abdelkérim Moubarak, dont la nature et le degré d’implication dans le meurtre ne sont pas connus, n’a pas apaisé la douleur de la famille de Goukouni Weddeye, qui afflue de tout le Tchad vers N’Djamena. La position de l’ancien président tchadien et frère du général Alifa Weddeye, se résume en 5 mots : les 3 meurtriers ou rien ! Il n’est pas question pour lui de se contenter d’un bouc émissaire.

 

L’arrestation et l’audition de l’ami d’Ahmadi, qui est allé le chercher à la maison et le laisser dans la gueule du loup, après une blessure à la main, devront permettre d’avoir une idée précise sur les auteurs et le mobile du meurtre.

 

Quand cela s’est-il passé ?

 

En fait, Ahmadi Goukouni Weddeye ne connaissait probablement pas ses bourreaux. En bon policier, il a voulu secourir son ami blessé au couteau, cette nuit du 2 octobre à 1 heure du matin. Mais ce dernier a pris la poudre d’escampette, laissant Ahmadi au milieu de la horde sauvage. Il n’est même pas allé lui rendre visite pendant ses 5 jours d’hospitalisation avant son décès.
Ce qui est sûr, la mort d’Ahmadi Goukouni Weddeye, le 07 octobre 2015 à 12 heures 37 minutes, risque d’avoir des conséquences incalculables si ses meurtriers ne sont pas arrêtés, jugés et condamnés dans les meilleurs délais. La communauté Toubou à laquelle appartenait la victime a une tradition de l’honneur et de la vendetta très ancrée.

 

Source : TCHAD BALADIA

 

1104 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article