À l’issue d’une Assemblée générale tenue le 6 décembre 2018, les membres du Conseil de Commandement Militaire pour le Salut de la République (CCMSR), Mahamat Egrey Hally et Kingabé Ogouzeïmi de Tapol, ont été désignés respectivement président et vice-président pour un mandat de 3 ans à la tête du groupe rebelle tchadien fondé par Mahamat Hassane Boulmaye en 2016 dans le sud de la Libye.

L’ancien ministre tchadien Michelot Yogogombaye, alias Kingabé Ogouzeïmi de Tapol était secrétaire général du CCMSR avant qu’il ne soit désigné vice-président lors d’une assemblée qu’il n’a pas assisté. Étant originaire de Bembaido dans le Logone occidental, sud du Tchad, Kingabé Ogouzeïmi de Tapol considère que c’est par tribalisme qu’il a été remplacé par Mahamat Egrey Hally à la tête du CCMSR, groupe constitué essentiellement des rebelles kredas originaires de Barh El Gazel, au nord-est du Tchad. Voici sa réaction sur Facebook.

En attendant la « Nation ».

Mon départ du Conseil de Commandement Militaire pour le Salut de la République (CCMSR), qui est maintenant une décision définitive, ne veut évidemment pas dire que je tourne le dos au combat contre l’injustice, les inégalités sociales, la dictature, la criminalité impunie et autres tares qui minent notre société. Cela ne veut dire pas, non plus, que je manque de loyauté à l’égard de ce mouvement. Non !

Mais, après ce qui s’est passé, rester dans ce mouvement serait, pour moi, en contradiction totale et absolue avec les valeurs qu’on m’a appris à respecter dès mon enfance. Or, ce sont ces valeurs-là qui m’ont permis de construire ma personnalité intérieure. Et de ces valeurs je retiens comme rectitude morale qu’il ne peut y avoir d’espoir que pour une société dont les membres agissent comme une grande famille et non pas comme un ensemble d’individus ou de groupes d’individus isolés et séparés les uns des autres. Et ces valeurs-là continuent encore aujourd’hui à être l’essence même de mon existence; et c’est encore elles qui, entre autres, déterminent ma vie mentale, plus que tout autre chose aujourd’hui. Finalement, la foi que j’ai dans ces valeurs là s’approfondit encore plus qu’il y a 35 ans, à tel point que j’en suis venu à croire fondamentalement que seule l’adhésion sans tricherie à ces valeurs peut sauver mon pays.

Dans ces conditions, je me demande: comment reconnaîtrais-je l’homme qui est en « Moi » et qu’on appelle « Kingabé », si je dois renier aujourd’hui ces valeurs ou cautionner un comportement qui les remet en cause ? J’ai du plaisir à m’investir dans ce mouvement et je ne regrette pas ce que j’y ai apporté comme valeurs ajoutées. Néanmoins je dois aussi veiller à ce que mon chapeau soit droit pour ne pas perdre la face.

En tout état de cause, je demande à tous ceux qui, au CCMSR ou ailleurs dans leurs tripes, partagent avec moi les valeurs que je défends de tourner résolument le dos au tribalisme et d’œuvrer pour l’unité nationale du Tchad, sans mensonge.

De même , j’appelle les tchadiens et les tchadiennes à aimer le Tchad d’un amour profond; aimer un Tchad de partage et non un Tchad partagé, un Tchad comme une nation et non un Tchad comme une conglomération de clans, tribus ou ethnies.

Malgré les difficultés que nous rencontrions encore et jusqu’ici sur le chemin de la construction nationale, un jour nous y arriverons, j’en suis convaincu ! Rome ne s’était pas construite seulement en 60 ans. Faisons simplement chaque jour un peu plus d’efforts pour paraître et apparaître comme un peuple, le « peuple tchadien » et non pas toujours et simplement comme des « populations tchadiennes » fixées à l’intérieur d’un territoire délimité par de simples frontières artificielles.

Dépassons le stade de « populations tchadiennes » pour être véritablement un « peuple », le « peuple » tchadien, en attendant la « Nation » tchadienne.

Par Kingabé Ogouzeïmi de Tapol

Tchadanthropus-tribune

2390 Vues

  • Un travail colossal nous attend à faire en tant que Tchadien. Comment peut-on faire pour se défaire de l’ethno-tribalisme qui empêche la transformation du Tchad en un véritable Etat-Nation viable ? Il n’y a guère d’autre alternative que la réhabilitation de notre passé dont, les valeurs socioculturelles inestimables demeurent en friches et restent ignorés par la plupart des jeunes générations actuelles. La solidité d’une maison est sa fondation….

    Commentaire par SEIDOU TRAORE le 13 décembre 2018 à 1 h 23 min
  • Michelot, t’es pas un homme de parole. Combien de fois tu démissionne de ce machin ? Tu as déjà remis ta démission en juillet en disant que tu ne reviendra jamais sur ta décision. tu as juré devant la face du monde pour dire que c’est ta dernière décision. Or, dès le lendemain tu es revenu sur ta décision parce qu’ils t’ont parachuté au poste de SG du CCSMR. Aujourd’hui ils t’ont largué au poste de vi-ce président et tu nous racontes tes salades comme tu l’as fait par le passé. Fou le camp et vas-t-en. Pas besoin de toi. D’ailleurs t’es qui? On te connait hein. Digache.

    Commentaire par Yosko le 26 décembre 2018 à 20 h 47 min