La colère au sein de l’armée tchadienne en mission sous Casque bleu devient récurent. Dans le réseau social Média qui regroupe plusieurs militaires et officiers du régime, la parole est libérée. Plusieurs soldats et officiers envoyés en mission sous l’égide de l’ONU au Mali et au Nigéria viennent raconter leurs calvaires.

Tous racontent que l’État tchadien ne verse pas le salaire qui leur était promis pendant la sélection des hommes et femmes qui devaient venir au Mali et au Nigéria. Et pourtant nos compatriotes subissent des pertes à chaque sortie de patrouille.

Le 09 janvier 2020 dernier les forces tchadiennes au Mali ont perdu 6 morts et 18 blessés sautant sur un champ de mines.

Le 10 janvier 2020 encore 13 blessés dont 3 très graves dans un état désastreux. Ces 3 blessés graves ont été envoyés au Sénégal à Dakar sans aucune prise en charge. Il a fallu des compatriotes étudiants qui leur sont venus en aide. Les documents que nous montrons nous ont été envoyés par ces compatriotes.

Si plusieurs voix s’élèvent au sein de l’armée pour dire qu’il y a un grand malaise et des formes d’injustices ce qu’il n’y a jamais de fumée sans feu !

L’exemple des soldats qui sont rentrés du Nigéria vient s’ajouter à ce malaise qui ne fait pas la fierté des autorités responsables de ces hommes et femmes qui défendent dans leur sang le monde libre contre le terrorisme.

Les officiers responsables des hommes en mission au Nigéria affirment sans détour que chaque mois le Nigéria verse 800 millions de FCFA à distribuer sur le nombre de 1200 hommes en mission. En 9 mois de mission, aucun soldat n’affirme avoir touché un franc CFA de plus que le salaire de base qui devrait leur revenir. Où atterrit tout cet argent qu’on enlève à ces soldats ?

Du Mali au Nigéria, les instances devant prendre cette armée en charge n’ont-elles pas le droit d’interroger le gouvernement tchadien ? Ou leur rôle s’arrête juste au seuil du transfert bancaire ?

Quand cette correspondance a été envoyée à la rédaction, nous avions interrogé notre interlocuteur à savoir qu’assez souvent on voit à la télévision le gouvernement tchadien prendre en charge les obsèques des militaires morts aux combats, et donc le gouvernement s’occupe aussi des charges des militaires et leurs salaires. Notre interlocuteur rétorque en disant que le gouvernement fait cette mise en scène en posant des médailles pour soulager sa conscience, mais que la réalité est toute autre.

Bref, vrai ou faux, il faudrait que cette histoire soit élucidée pour l’avenir d’une armée qui fait des sacrifices énormes contre le terrorisme. Opposants ou pas, activistes ou pas, nous devons savoir que ces compatriotes qui meurent aux combats sont des frères et sœurs, et en aucune façon leur désespoir et l’injustice qui leur ai porté doit nous laisser indifférents.

Tchadanthropus-tribune

587 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article