Dans l’après-midi de lundi du 22 janvier 2018, une manifestation de grande ampleur a eu lieu à N’Djamena. L’information relayée par les médias internationaux mettait tout le monde au courant. Les forces de l’ordre qui sont déployées dans la capitale en bavaient de tous les pores, et ne tenaient plus en place. Certains n’avaient plus rien pour acheter leurs paquets de cigarettes, ou encore observer la petite alimentation.

 

C’est ainsi qu’au regard des fiches envoyées sur le bureau du ministre de la Sécurité Ahmadaye Abdelkérim Bakhit, figurait cette demande expresse.

 

Vers 15 h 25, le ministre de la Sécurité débarqua dans l’enceinte de la primature avec, entre les mains une injonction à débloquer 10 millions de FCFA pour les policiers. Le 1er ministre Pahimi Padacké absent du bureau a été contacté par son protocole qui lui porta la note. Pahimi griffonne un OK de circonstance avisé au ministre des Finances. Le ministron Djiddo Abdoulaye Sabre eut le document, mais refusa de décaisser l’argent au prétexte que le trésor n’a pas de liquidité. Le ministre de la Sécurité fut éconduit avec cette humiliation d’attente pendant 3 heures.

 

Quelques jours après au soir, il fut limogé sans autre forme de procédure. C’est le Tchad d’Idriss Déby. Un ministre est nommé pour 1 mois, et après il est éjecté tel un Kleenex.

 

Tchadanthropus-tribune

1967 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article