Faudrait-il encore le redire pour une meilleure audition ? Un voleur de la république restera toujours le pickpocket des citoyens. Ce jeudi dans l’après-midi, ce qui devra arriver arriva. Depuis les strapontins de l’IGE (inspection générale de l’état), ce monsieur a su tisser sa toile malgré les sirènes d’avertissements pondues par ses confrères comptables de la république. Idriss Déby ne s’est jamais intéressé du bien-fondé d’une administration fonctionnant dans ses règles et les termes déontologiques. L’état pour lui est cette vache laitière qui lui permet de se nourrir et faire manger les siens. Dans le cas Abdelmamout, son arrivée en haut lieu comme argentier de l’état avait surpris plus qu’un. Nageant dans le faux et usage de faux, il s’anoblit d’avoir pondu un livre qui d’ailleurs est plein de plagiat, et d’annotations des ex-ministres des Finances passés par là. Avec son TPG (Souleiman Adam), la fausse signature qui lui a permis de déposer une plainte à la police judiciaire est la sienne. Souleiman Adam, d’après nos sources n’avaient jamais cherché de falsifier la signature de son ministre. L’investigation faite par la police judiciaire a abouti à l’index du fameux ministre des Finances. Cet itinéraire a conduit la police judiciaire a découvrir d’autres faits illicites imputés à Mr Abdelmamout. Le filon qu’il a mis en place à la direction des douanes et les mamelles de décaissements auprès des chefs de postes sont tellement criants que son éviction devrait déjà arriver depuis la fameuse visite d’Idriss Déby au poste de Nguéli. Ce qui a précipité ce jeudi son éviction par décret est la fiche adressée à Idriss Déby le samedi dernière, et dont le ministre des Finances est amplement cité. D’après des sources très crédibles, la police judiciaire devra le convoquer pour l’entendre sur plusieurs documents en sa possession.

 

Abdelmamout s’en va après presque 5 mois de service. Il est remplacé par Allali Mahamat Abakar, un professionnel du monde des Finances, mais avec faudrait-il qu’il travaille ? Quelle équipe va l’accompagner pour répondre des objectifs fixés ! Le laissera-t-on travailler avec intelligence ? Où lui aussi fera quelques jours et hop dans la roue de l’histoire ?

 

Le poste d’un ministre au Tchad est tellement dévalorisé avec le régime MPS à l’image de cette autorité de l’état qui n’existe plus. Il nous faut aller de trop loin quitte à imposer une autocratie éclairée pour montrer que l’état est au-dessus de tous.

 

Avant tout jugement voyons voir les 1ers pas de Mr Allali, et souhaitons-lui prompt succès pour le bénéfice premier de nos citoyens.

Tchadanthropus-tribune

3261 Vues

  • Allali c’est kanembou, donc un peureux il va accepter tout ce que les délinquants zakhawa demandent

    Commentaire par Vérité le 21 septembre 2018 à 11 h 13 min
  • Il est vraiment l’homme de la situation, sauf obstacles délibérés de la part des détracteurs-qui sont nombreux- il va conduire le navire au bon port, pour le bien être du Tchad et de son peuple. Il n’a usé des faux et n’en usera jamais!

    Commentaire par Al-Amine le 21 septembre 2018 à 11 h 18 min
  • Il est vraiment l’homme de la situation, sauf obstacles délibérés de la part des détracteurs-qui sont nombreux- il va conduire le navire au bon port, pour le bien être du Tchad et de son peuple. Il n’a jamais usé des faux et n’en usera jamais!

    Commentaire par Al-Amine le 21 septembre 2018 à 11 h 38 min
  • Issa Mahamat Abdelmamoud l’ex inspecteur général d’État adjoint, auteur du délit de faux et usage de faux et de corruption.

    En effet le 12/11/2010 cet agent véreux de l’État se fait recruté au ministère de l’éducation nationale en qualité d’enseignant sous le matricule 100373.
    Le 24/12/2012 par des manœuvres frauduleuses il modifie son prénom Abdelmamoud en lieu et place par Abdelmamout et obtient un second recrutement au ministère des finances sous le matricule 119530 et continuait à percevoir le salaire de son premier recrutement sans gène jusqu’en 2014.
    Hors selon les dispositions de la loi portant statut général de la fonction publique en république du Tchad même s’il s’agit d’un changement de corps ou de classe il faut avoir fait au moins 5 ans dans l’ancien corps ou classe et respecter certains critères mais ce n’est pas le cas.
    Qu’à cela ne suffise et comme le ridicule ne tue pas, ce parasite de l’État sieur Abdelmamoud ou Abdelmamout on ne sait plus lequel des deux prénoms employé se fait obtenir un contrat de consultance au bureau national de fret (BNF) en février 2013 où en complicité avec le chef de division des ressources humaines il organise le recrutement de plus de 50 personnes dans cette structure moyennant 1000.000 FCFA par tête.
    Ces actes posés par cet agent sont d’une délinquance notoire et nécessitent des poursuites judiciaires.
    Dans le cas d’espèce Issa Mahamat Abdelmamout ou Abdelmamoud est poursuivable pour délits constitués de faux et usage de faux et corruption.
    En outre la commission administrative paritaire du département ministériel des finances doit statuer sur son sort et prendre des sanctions à son égard voir jusqu’à sa révocation de la fonction publique.
    Nous espérons qu’à travers ce dossier flagrant, le nouveau Inspecteur général d’État connu pour sa rigueur doit entreprendre des contrôles stricts sur les dossiers des recrutements des agents de l’État afin que ce genre d’agents malsains soient écartés de la gestion de la chose publique et traduits en justice pour leurs actes.
    Enfin, il y a ce petit détail, l’agent véreux en question est aussi protégé par l’actuel Ministre de la Justice qui est son parrain de son livre intitulé” Tchad: Comment sortir de la crise économique » causes, conséquences et solutions paru aux éditions SAO”.

    Au regard de ces preuves palpables même son protégé du ministre ne peut le sauver de ce pétrin.

    Eric Ngaradoum

    Agent au Ministère des Finances.

    Commentaire par Tapol le 23 septembre 2018 à 21 h 07 min