De sources concordantes, l’histoire de serment au ministère des Finances continue de braquer plusieurs fonctionnaires qui ont décidé de ne pas s’y apprêter à cela. Selon nos informations, une liste aurait été faite et remise au cabinet d’Idriss Déby pour décider de la démarche à suivre. Le ministre des Finances serait dépassé des décisions à prendre, car plusieurs cadres aux Finances l’accusent de suivre des instructions pour faire une purge.

La question que beaucoup pose actuellement est la nécessité de poursuivre cette œuvre qui ne fait pas l’enthousiasme d’une bonne frange des fonctionnaires. Faut-il poursuivre à imposer le serment même si on sait qu’à court terme cela n’estompera pas les œuvres de détournements ? Où bien doit-on trouver une autre voie qui fasse l’unanimité de l’ensemble du corps des agents de la fonction publique ? La question reste posée.

Quoi que l’on suppose faire, pour arrêter l’hémorragie des voleurs de la république il faut passer outre les belles paroles et imposer d’abord la loi et les concepts de l’autorité de l’état. Il faut appliquer la loi dans toute sa splendeur. Que dit la loi quand on prend un voleur de la république la main dans le sac ? Il faut après constat l’arrêter, le radier de son travail, et reprendre les richesses fruit du vol pour les reverser au trésor public. Il ne faut pas seulement arrêter un voleur et lui laisser les biens volés aux Tchadiens. Un serment, même dix serments n’arrêteront pas la boulimie cervicale, et l’appétit du faux qu’ont acquis certains fonctionnaires depuis l’arrivée du MPS au pouvoir.

Tchadanthropus-tribune

2025 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article