Les États-Unis se sont retirés du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, a annoncé ce mardi l’ambassadrice américaine auprès des Nations unies Nikki Haley, en qualifiant cette institution de « cloaque de partis pris politiques ». « Nous prenons cette mesure parce que notre engagement ne nous permet pas de continuer à faire partie d’une organisation hypocrite et servant ses propres intérêts, qui fait des droits de l’homme un sujet de moquerie », a-t-elle ajouté.

 

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres « aurait préféré que les États-Unis restent au Conseil des droits de l’homme », a déclaré son porte-parole après l’annonce du retrait de Washington de cet organe des Nations unies basé à Genève. Ce dernier « joue un rôle très important dans la promotion et la protection des droits de l’homme dans le monde », a ajouté Stéphane Dujarric dans un communiqué. Cette décision « va mettre le pays en marge des initiatives mondiales cruciales pour défendre les droits de l’homme », a pour sa part déploré l’ONG Human Rights Watch.

 

Depuis l’arrivée début 2017 du républicain Donald Trump à la Maison-Blanche, les États-Unis se sont retirés de l’UNESCO, ont coupé plusieurs financements à des organes de l’ONU et annoncé notamment leur retrait de l’Accord de Paris sur le climat et de l’accord nucléaire avec l’Iran endossé par les Nations unies.

Tchadanthropus-tribune avec le Figaro et AFP

940 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire