Excellence,

 

J’ai appris avec beaucoup de joie que vous avez décidé de  tracer les  rues enfin d’urbaniser la ville de  Faya Largeau  , Monsieur Président votre action en elle-même  est louable ,mais le hic et la négligence dans cette décision est que les gens (vrais) vous comprenez bien ce que je veux dire étant donner que vous me connaissez de quelle famille ethnique dont je suis, et qui   sont délaisses dans cette  action .J’avais aussi appris que lors de votre dernier visite à Faya , les 9 chefs des cantons de Borkou  se sont levés pour vous dire qu’ils ne veulent pas de dédommagement pour les tracées  des rues dans ville de Faya, Monsieur le Président soyons sérieux , vous connaissez bien Faya et vous avez été scolarisé dans cette ville  , réfléchissez un seul instant , parmi les chefs de cantons qui se sont présentés ce jour à  l’ audience devant vous ,à part le chef de canton Kamaya qui avait été  pris au dépourvu qui d’autre parmi les 8 autres avait une  parcelle d’un (1) mètre carré de terre sur les tracées de l’urbanisation. Moi je voudrai vous dire ici que  ces gens se sont bien moquer de vous, réfléchissez vous-même les gens de Faya ont quoi comme revenu pour vous pardonner les dédommagements de leur terre, ces gens n’ont rien, ils n’ont pas de travail ni salaire comme vous avez octroyé à certains individus au B E T. Cette population sont démunis  qui vivent sur les terres de leurs ancêtres qui leur appartiennent depuis des siècles et que d’autres font semblant d’ignorer aujourd’hui qui font véhiculer des ragots  de tout genre.

Apparemment vous vous êtes aussi  fait avoir par  ce jeu des mensonges, parce que nous  les Kamayas que vous ne respectez  depuis votre arrivée au pouvoir, pourtant  nous ne sommes     jamais été  hostile à  votre pouvoir, mais curieusement nous sommes les plus piétinés  dans votre régime. Pourquoi ? Est-ce que parce que nous sommes la seule ethnie qui n’a pas pris des armes contre vous ! ou vous n’avez aucune considération en vers nous .Je veux vous dire une chose que vous pouvez demander à une personne de bonne moralité et qui connait bien l’histoire du BET , que nous avons été ,nous sommes ,et nous seront toujours  des hommes  sans tâche et intègres.

Et  sans  regret en tant que Kamayas , et en tant que tchadiens depuis votre arrivée au pouvoir , il y a presque  24 ans on vous  a aider dans les circonstances   pénibles , pendant que les autres que vous favorisez  à tour de bras depuis votre arrivée au  pouvoir à des postes de responsabilités ,aux grades supérieures ,alors que ceux-là même qui ont pris les armes pour vous  combattre.  Aujourd’hui ces mêmes individus  viennent vous dire après avoir utiliser tous les moyens dont ils disposaient et qu’ils ont échoués :Monsieur le président  on vous aime et on vous  fait cadeau de l’argents de dédommagement de tracée des routes et rues dans Faya, comment vous qui êtes  si intelligent ,et je crois sincèrement à  ce que je dis et non une flatterie, que vous avez   cru un  à ces malhonnêtes  qui n’ont aucun parcelle de terre à  Faya . Je voudrai vous dire que  vous  avez connaissance  de tout ce qui se passe actuellement, mais vous avez sciemment  ignoré, parce que la population  auxquels appartiennent  ses  terres ne dit rien. Pour cela vous le mépriser et même vous enffouter profondément d’eux, et votre  attitude  toujours envers eux est  de  cette manière, mais  comme  ils n’ont  jamais osé se plaindre  de quoi que ça soit depuis mon arrivée au pouvoir. Depuis votre accession au pouvoir vous nous avez rien donner de respectable  a nous, ou  à notre famille ethnique , même sur les nominations  à des postes à Faya ,cette ville qui nous appartient depuis des siècles et des siècles , vous avez nommé que des arrivistes de tout genre , pas un seul fonctionnaire  Kamaya .Pourquoi ce mépris  ?.Tout ça nous avons  a rien dit… là où le bât blesse  maintenant vous en prenez  à nos terres, là vous touchez au sacre ! Parce que nous les Kamayas n’ont pas autres choses que la terre de nos ancêtres a à qui nous sommes très attachés.

Donc ,je vous demande Monsieur le Président  revenir sur votre décision et essayer d’ indemniser cette population , enfin qu’ils construisent les murs qui ont été détruit ,  et leurs palmiers qui ont été  déracinées, sinon vous êtes sans vous rendre compte ou intentionnellement nous pousser  à bout .Pourquoi, Monsieur le président  vous nous narguer  malgré tout ce qu’on a accepté comme humiliation dans tous les domaines( responsabilité militaires , administratif ,et politique ) . Les officiers et soldats de ma famille étaient présents dans tous les évènements douloureux que vous avez eu à subir durant votre règne, mais à la fin des problèmes vous nous oublier  comme on n’a jamais existé. Je voudrai   vous dire  une phrase qui a été dite  par un idiot, pendant les attaques de Adde un officier que vous traitez comme un super officier qui avait rejoint ses parents à la  rébellion a dit quand il a appris qu’il y a un régiment à majorité des enfants Kamayas ,vous savez ce que cet énergumène avait  dit ! Laissez-moi l’attaque à ma charge, je veux aller attraper ces Kamayas qui s’accrochent au pouvoir d’Idriss comme leur parent, et régler leurs comptes .Vous savez comment il a été accueilli, vous connaissez Le reste  de cette  histoire. Aujourd’hui ce gars roule en voiture grosse cylindrée V8, tandis que les deux officiers(Cdt Yacoub Touka, et  col Abderamane Tourkou)  tombés ce jour  n’ont  même pas eu les pensions  pour  leurs enfants ni argents de sacrifice .Monsieur le président pour ce qui est des postes ,ou promotion vous êtes le seul maitre des décision ,mais là vous ne poussez à bout , parce que nos terres et la ville de Faya nous appartient, personne, je dis personne n’a le droit de dire quoi que ça soit sur cette questions .

Donc tout ce que je vous demande  Monsieur le président d’accorder les dédommagement à cette  ses population  avant que la colère  gagne  tous les ressortissants au plus haut niveau .Pourquoi depuis votre arrivée au pouvoir ,vous avez  placer  sur  nos têtes des gens qui n’ont aucune attache à Faya , ni parent, et qui sont que des arrivistes, Monsieur le président qu’ est ce qu’ on vous  a fait du mal ? à ce que vous nous traiter de cette manière, depuis presque  24 ans de  pouvoir on est devenu les rusés de tous les tchadiens .Destruction psychologique et morale que vous nous faite (Kamayas) , depuis la colonisation jusqu’à  l’indépendance en passant par les régimes qui se sont succédés,  aucun pouvoir nous a marginalisé  comme vous.  Réfléchissez  un peu,on peut   sous-estimer  une personne ,mais pas une population  entière , vous croyez qu’on ne pourra pas se révolter d’autant plus que , au Tchad même les ignares prennent des armes. Ces individus  qui vous ont donné cette idée,  veulent  attiser une haine  avec des gens qui ne vous ont jamais été contre votre pouvoir depuis vos 24 ans de pouvoir. Nous ne sommes absolument pas jaloux de votre destin. Vous conviendrez avec moi Monsieur le Président, parmi  tous les cadres du BET qui ont travaillé avec vous et qui vous ont apporté  une contribution  comme la fait de son  vivant l’honorable Dr Idriss Moussa Yayami, et qui  parmi les officiers de l’armée tchadienne qui a dirigé notre force pendant les opérations contre les Islamistes au nord du Mali.  Je voudrai parler ici  du  Général Oumar Bikimo aujourd’hui  sans fonction. Quant à moi, je me suis exilé depuis 15 ans pour éviter les humiliations, mais la plus grande  majorité de notre population n’est pas hostile à vous et votre pouvoir. Par-contre nous vous demandons plus  de respect à notre égard.  Nous sommes des hommes à tout point honorable. La dernière fois que vous avez reçu nos notables, il y avait  4 ans, vous avez promis de les recevoir, jusqu’à ce jour   ils ont essayés par toutes  les portes sans succès.


Je vous demande Monsieur le Président d’honorer votre engagement de les recevoir,   les écouter ce qu’ils ont à vous dire.


Président : inda mere yake  kamayas dou ekedou ama dou tama ini ingna , wala ama ganadou tounda inda wouda yiki djikal dou wala ini mere , inda yake toundadou biratinakouma ini .tanda indadou tourkoudiri galap indidou , ounou inda ya toundaya kou  tchidede bei tchi-na, chidiguina ounou djikalou, tounda-do boudou diga toudoutoum  diganidji ingna.   houkouma nouma guinado kamaye ministre kissimebei, chef d’etat- major , prefet bei indja tounda ama ganadou sagha wala ,  amaganadou guessera harani ,wala ounou nouma de ini tounda kamayas yertir ladir doussou lardir ,ounou nouma dahoumoukourdi.owoni kissin houkoumanoumadou tehetoum   ounou wana tounda, ye yegue tounda mouzou kiguirigni, ounou ganadou edjebou kamayadou ounou goura hounda kiguirima dombiguida wadiguan edjan , ounou tounda laou tama , inda president tchadou-ni ,ounou kamaya  law dahouguerena tahatou, nogote tiguissode tounda dahoumoukourouk. Officiers tounda hideme didini, cadras tounda hidimedini ay guenadou nougourdi yin

guiryiko, ounou indadou niguissourou-ini.

 
Samalek.

 

        Fait à Paris le 06 mai 2014

Cdt Hamid Barkai Adoum

 

361 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article