De source bien informée, l’entreprise MHM du groupement Mahamat Haggar serait impliquée dans plusieurs magouilles dont les tentacules de corruption éclaboussent le milieu administratif et sécuritaire à Moundou jusqu’à la ville de Sarh.
En février 2020, MHM avait obtenu le contrat d’affinage de céréale sésame. Un marché annuel à hauteur de 626 millions de FCFA, un contrat signé avec la mairie de Moundou. Voyant l’échéance se rapprocher, les responsables de l’entreprise MHM (Mahamat Haggar) qui sont associés au délégué de l’ANS de la région (Sandal Djibrine) auraient formulé la demande de reconduire ledit contrat pour la saison 2021/2022 en revoyant à la baisse (323 millions de FCFA), moyennant une faveur de rallonge de 2 mois. Cette procédure n’a jamais attiré l’attention des contrôleurs du domaine.
Cette demande fut rejetée par l’exécutif de la mairie de Moundou. Les déboires du SG et du maire intérimaire émaneraient aussi en partie de cela, même si les faits qui leur sont reprochés dans une autre affaire ne souffrent d’aucune contestation.
Depuis lors, l’exécutif de la mairie de Moundou ne trouve plus la quiétude. D’après la même source, c’est le groupement MHM qui serait derrière l’affaire qui a éclaté il y a quelques jours avec l’arrivée de l’inspecteur de l’IGE à Moundou.
Selon nos informations, l’entreprise MHM serait la suite logique de la fameuse et mafieuse entreprise illicite YTOU qui avait prospéré pendant plusieurs années à Moundou malgré l’injonction du gouvernement Pahimi Padacké qui lui avait interdit de commercer en arnaquant les citoyens de la zone méridionale.
Ytou a feint une disparition pour apparaitre sous différents sigles dont MHM.
À Moundou, aucun autre homme d’affaires tchadien ne peut pointer le nez pour entreprendre. MHM se taille le monopole des marchés en corrompant les autorités administratives et sécuritaires. Si par hasard le marché est dévolu à un autre homme d’affaires, MHM s’arrange par tous les moyens de faire annuler ou au préalable chercher à corrompre les autorités pour annuler le marché en question.
Cette pratique sauvage de faire les affaires en corrompant les autorités doit cesser pour une répartition légale du secteur économique dans la zone méridionale. L’État doit par tous les moyens punir ceux qui magouillent par la corruption et les traduire devant la justice.

Tchadanthropus-tribune

2729 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire