De sources dignes de foi, 24 heures après le départ du secrétaire général du MPS Mahamat Zène Bada vers Paris pour raison de santé, le directeur de cabinet civil du CMT Aziz Mahamat Saleh, le secrétaire particulier du président du CMT Idriss Youssouf Boy, Idriss Kala Kala et Ahamat Teiro, ils convoquent la 2e vice-présidente, Mme Ruth Madjidian Padja pour lui intimer de convoquer un congrès du parti de l’oriflamme le 12 et 13 juin 2021, qui a pour thème « la redynamisation du MPS ».

Il faut noter qu’en intimant l’ordre à madame Ruth Madjidian Padja, le groupe ci-haut cité avait clairement fait savoir que cette décision ne doit pas être sue de Zène Bada qui est le SG, de Mr Konou qui est le 2e vice-président du MPS, moins encore de Mr Jean Bernard Padaré qui est le 3e vice-président et porte-parole de ce mouvement. Mme Ruth signe de facto une décision de convocation de congrès à l’insu de ses camarades de bureau, chose qui est incompréhensible.

Bien qu’il faudrait redynamiser le parti MPS révulser par tous les Tchadiens après la mort de son président d’honneur, mais est-il légal de passer outre les textes qui régissent ce mouvement et procéder de la sorte comme ce qui apparait comme un coup de force contre l’exécutif actuel ?

–      Il faut se poser les bonnes questions, est-ce qu’une entité différente à le droit de convoquer un congrès en dehors du SG, ou encore du 2/3 des membres qui sont aux environs de 3000 adhérant ?

–      Pourquoi avoir d’abord laissé Mr Zène bada partir en France avant de convoquer ce congrès à son insu et à l’insu des autres cadres exécutifs en dehors de dame Ruth ?

Joint par la rédaction, un cadre de ce parti qui requiert l’anonymat affirme qu’il y a manège en la demeure et que plusieurs courants commencent par hausser le ton sur des comportements inappropriés de fils d’Idriss Déby qui pensent que le MPS est un héritage et qu’il faudrait se l’approprier au grand dam des membres qui ont milité dans ce parti pendant 30 ans.

Cette décision qui n’est pas consensuel risque d’imploser le MPS, dans lequel plusieurs courants tribaux existent. Les Hadjaraï verront mal cette démarche qui peut être perçue contre Zène Bada, les Saras y verront une main mise dangereuse de la fratrie Déby sur les affaires internes du parti. Les autres entités du parti, les Moundang, Banana, et les Arabes se concertent aussi dès la parution du communiqué produit par Mme Ruth Madjidian Padja.

Quel sera le sort du MPS dans les jours à venir ?

L’implosion sans doute.

Quelqu’un avait dit, « vous verrez, le MPS est parti avec son président d’honneur qui l’a tenu à bout de bras. Je ne donnerai pas 5 mois pour son implosion ». L’histoire est entrain de lui donner raison.

Tchadanthropus-tribune

3819 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire