Au

Secrétaire Général du Mouvement Patriotique du Salut, Monsieur Mahamat Zen Bada Abass

Objet : Requête pour dénoncer les actes antidémocratiques au BEG

En notre qualité du secrétaire chargé de la formation et de l’encadrement des militants(es) du BEG, le député du BEG et le porte-parole du comité de réflexion des jeunes militants (es) de la province du BEG. Nous avons l’obligation de vous tenir informé en votre haute personnalité, grande figure de notre parti, la situation obscure et combien confuse que vivait les militants(es) et sympathisants(es) actuellement dans notre Province, depuis la liste définitive des membres du Bureau Politique National.

La Démocratie que nous prônions depuis toujours est d’essence participative et consensuelle ; posée sur des bases constitutionnelles de portée strictes de respects et d’inviolabilités des textes statuaires. Parce qu’elle est fondée sur une idéologie, née d’une philosophie originelle, éprise d’un idéal de justice et basée sur une foi de social-démocratie.

Dans ce système, chacun de nous a une place de choix dans la lutte que mène le Mouvement Patriotique du salut pour la conquête d’un pouvoir légitimé par des élections libres et transparentes depuis l’avènement de 1990.

A l’issu du 8 ème congrès et pendant le festival Dary, nous avons bien su, la préoccupation du Président de la République est de réserver à la jeunesse Tchadienne, une place de choix et surtout l’intégration effective, active de participation de la femme tchadienne au concert des nations. Bien de l’anoblir en plus de son quota féminin de 30% et aussi a traves la question transversale genre qui la permettra à son statuquo de booster au-delà de le stade de paléocivilisation.

En effet, vous avez toujours été soucieux des idéaux et les principes fondamentaux de valeurs ; qu’énoncent les textes de base de notre grand mouvement, qui est le MPS ; toujours fidèle et ferme de rassembler tous les Tchadiens de deux (2) sexes épris de paix et de justice sans discrimination autours d’un idéal commun, notamment :

– La consolidation de la démocratie, l’État de droit et la bonne gouvernance ;

– L’améliorer les conditions de vie et de travail des Tchadiens ;

– La promotion d’un développement humain durable ;

– Le renforcement de la cohésion et la solidarité nationale.

Malgré tout, la jeunesse et la femme militante et sympathisante de notre grand parti rassembleur le MPS du BEG, ont été toujours exclues de façon négative de toutes consultations dans les différents processus de désignation. De façon flagrante, Le député Ali Kolotou Tchaimi avec son lobby d’imposer à la jeunesse et la femme, la possibilité de ne plus pouvoir accomplir son droit civique le plus élémentaire ; celui de choisir librement ses représentants politiques malgré qu’elle soit souveraine.

Pourtant, son Excellence, le camarade Président Idriss Deby Itno, le père fondateur a largement rappelé, la lutte noble combattante qu’il avait eu à mener à cause de cette Nation, qui, aujourd’hui libre et indépendante de vivre dans ses droits et devoirs de citoyennetés afin d’être maitre de son propre destin. C’est ce qui illustre d’ailleurs à suffisance, les différents propos tenus dans son discours lors du 8 eme congrès. Que Nous citons ici : « J’ai combattu durant toute ma vie l’injustice sociale » ; alors que contrairement à ces propos, aujourd’hui dans le BEG, nous vivons une situation tout autre. Toute une jeunesse est en cage et mais bien victime depuis toujours d’une injustice sociale sans précédente. Mais illégalement imposée pour être légitimée, par des hommes politiques formés en un système à sa tête, Député Ali Kolotou Tchaimi pour mettre en exergue leurs propres intérêts sans la moindre considération de la base. D’ailleurs c’est qui leurs a facilité de créer de subdivisions au sein de nos militants(es) pour des intérêts sadiques, tintés de domination afin de se faire choisir entre eux-mêmes.

Malgré, les gardes fous préalablement établis ainsi que les insuffisances observées pour les échéances futures par votre humble personne, Monsieur le SGP du MPS ; Monsieur Amine Abdelrassoul, le Secrétaire General par Intérim de la Province du BEG, sollicité par ce groupuscule dont les membres vivant en Ndjamena, envieux et éperdus dans tout le sens normal du parti en maintes circonstances, ont fait outre que la procédure normale , qui le respect stricte des textes en vigueur. Ce dernier, dont leur statut semble nébuleux en complicité de Amine Abderassoul, ont procédé à des mécanismes dolosifs imbus des haines en écartant la jeunesse et la femme dans son ensemble juste pour des intérêts personnels.

Par conséquent, au regard nos textes de bases de notre parti et les différentes recommandations du congrès, la procédure engagée, est entachée des vices graves c’est pourquoi dès lors elle est protestée par toute la population puisqu’elle est dépourvue de tout fondement juridique. Car le choix de la majorité prime stricto sensu sur les choix de minorité dans un processus d’électorat libre et souverain. C’est ce qui dispose d’ailleurs l’article1 aliéna 2 du règlement intérieur de nos textes de base en ce sens : « la minorité doit se soumettre aux décisions de la majorité. » Mais ces derniers, depuis toujours s’accaparent en cascade de la même fausseté en privant à la base majoritaire de se prononcer librement sur son choix politique. C’est pourquoi lors du meeting du 12 décembre 2020, organisé par le soit disant « chef de fil », le député Ali Kolotou Tchaimi escorté par un contingent militaire dont le statut semble plutôt nébuleux car masqué, puissamment armé pour assurer la sécurité de celui-ci, malgré qu’il est librement choisi et élu par la même population. Au cours de ce meeting, la base a manifesté pour exprimer son mécontentement pour la représentation injuste et illégitime du Bureau Politique National. Aujourd’hui, la jeunes et la femme du BEG refuse d’accepter d’être restée exclue, du fait de la détention de ce cachet qui est devenu un fonds de commerce en plus son marchandage par le Secrétaire General Provincial. Que pourrions-nous dire si un cachet prime sur le choix libre et démocratique de toute une majorité de la base militante au détriment d’un simple groupuscule formé seulement pour la circonstance, juste pour des intérêts purement personnels, domiciliés à N‘Djamena mais qui d’ailleurs cherchent vaille que vaille à décider sur le destin politique de tous les militants(es) de la base ?

Monsieur le secrétaire General, conscients des certains enjeux des futurs échéances électorales que vous aviez bien sollicités nous faire taire dans toutes nos divergences afin de nous unir comme seul homme pour défendre un bilan fort élogieux pour les attentes de nos objectifs.

C’est pourquoi le Président Fondateur n’a jamais cessé de nous apprendre à nous tous, que le Mouvement Patriotique du Salut est rassembleur, se veut la grandeur et mettant en avance le choix de la base militante.

En outre, Son Excellence Idriss Deby Itno, dans ses différentes orientations et recommandations, il avait bien précisé avant d’insister dans ses mots, lors du 8 eme congrès : «…il faudrait absolument une liste de cinq (5) candidats par Province pour la composition du Bureau Politique National. … Allez dans vos différentes provinces et se faire choisir par la base … Ne créez pas des groupuscules au sein du parti pour vos propres intérêts personnels ».

Ainsi, la liste des futurs candidats (es) a été précisée et repartie par le Grand Camarade, le Président Fondateur, son excellence Idriss Deby Itno de la manière suivante : cinq membres par province parmi lesquels figurera deux (2) femmes et un(1) jeune.

Nonobstant tous ces enseignements productifs et instructifs pour tout militants (es) doté d’une bonne conscience morale et militante ne pourrait jamais être en déphasage ou agir contrairement à ces recommandations 8 ème congrès.

Au vu de tous ces éléments constitutifs des effets juridiques en plus du respect de la parole donnée, nous sommes motivés d’introduire sous votre respect cette requête afin de proposer avec votre permission, les points suivants:

 Des mesures disciplinaires et correctives des membres du Bureau Politique National au sens de l’implication de la base dans son choix de désignation parmi les membres de bureau Politique National par la voie qui nécessite ;

 Une forte représentation de la femme au sein du bureau politique National, est le vœu de cœur de tout militant (e)si non il (elle) pensait être exclu-e de toute considération ;

 Que des mesures de sanctions, de révocations exigent, vue la trahison des idéaux des bases transgressées et violées par le Secrétaire General Provincial du BEG et ce groupuscule.

 Le député Ali Kolotou Tchaimi devrait agir en tant qu’un Députée militant et non un General, escorté par des militaires au sein nos militants (es) de la base pour l’influencer ou semer la terreur car la jeunesse est sensible depuis pour ces genres de comportements,  L’actuel Bureau politique National du BEG est doté d’aucune reconnaissance légale.

Car le respect strict de nos textes de base est un atout indispensable pour le processus démocratique que nous envisageons depuis toujours.

Veuillez, agréer, Monsieur le Secrétaire général, l’expression de notre entière disponibilité.

Pour le Comité de réflexion des militants du BEG :

Le Secrétaire Chargé de la Formation et de l’encadrement des militants(es) du BEG

Mahamat taher Souleymane Hassane

Pour la jeunesse militante du Bahr El Ghazel, le Porte-Parole

Moustapha Moussa Abakar

Fait à Moussoro, le 17/01/2020

Ampliation :

1 2 3 4

– Secrétaire Général du MPS

– Présidence de la république

– Maison de la femme

– Services des sécurités

Tchadanthropus-tribune

 

1227 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article