Drôle de façon d’étaler l’hypocrisie en plein jour. Comme tous les 1er décembre le MPS fête ce qu’il appelle la journée de la démocratie. Une démocratie qui reflète allégrement sa gouvernance sur le Tchad depuis 28 ans… En 28 ans, notre pays est au seuil et au rang dont nos gouvernants ne doivent pas être fier jusqu’à dandiner des pas de danse telles des momies vieillissantes, mais soit, on se complait dans le médiocre en aimant nous donner le reflet du potable.

L’interrogation première est de vouloir savoir d’où vient le pactole qui a permis d’asseoir ces festivités (location de la salle, victuailles, musiciens convoyés depuis N’Djamena et Faradj depuis Montréal, ensuite les autres prébendes). À entendre certaines sources, cela vient de la cotisation des membres du MPS en France, le groupe dissident au responsable du MPS (Masrangar), l’ami d’Idriss Déby qui n’était pas de la partie, d’ailleurs ils sont nombreux ceux se réclamant du MPS qui n’étaient pas présent samedi soir.

Nos fonctionnaires n’ont pas l’argent nécessaire pour joindre les deux bouts, mais le MPS a l’argent pour aller danser. On veut éviter qu’on dise cela, mais c’est ça la vérité. Aucune compassion envers nos compatriotes, aucune solidarité, que celle de façade.

Mais, ceux qui ont l’appétit vorace sont tous venus s’afficher pour égayer leur soirée, noyer leurs soucis en attendant le lendemain et reprendre le quotidien qui n’est pas assez souvent facile. Parmi eux vous trouverez des gens apolitiques aimant la fiesta, et qui trouve l’opportunité de s’évader pour un soir.

La chose qui taraude notre esprit est de voir, est-il essentiel de les citer ? Des gens qui le jour sont à l’insulte abyssale et acerbe sur la personne de leur président (Idriss Déby), et le soir se retrouvent en train de danser au son encensant Idriss Déby, le même. Cette hypocrisie-là est incompréhensible. Elle détermine à elle seule l’optique fâcheuse de notre société actuelle, où plusieurs individus ne croient en rien, sauf aux petits intérêts de bas étage. L’honneur et la dignité sont enfouis au fond de la poche. Il n’y a pas meilleur comportement que le direct de la vérité. Les pics à glace n’ont jamais aidé quelqu’un à rehausser son image. Et nos compatriotes doivent le savoir en changeant de comportement, car les faits d’un individu caractérisent en général sa nature devant chaque adversité, et s’il navigue que par l’hypocrisie, celle-ci est transposable sur tout ce qu’il touche. Le travail, la vie de chaque jour, et son évolution dans la société.

S’il faut dire qu’Idriss Déby est mauvais, ce n’est pas le son du fameux “Djambadjoya“ qui le rendra potable en une soirée, soyons logique avec nous même.

Tchadanthropus-tribune

 

2289 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article