À travers un communiqué ce 17 mars, des conseillers municipaux de la commune du 9e arrondissement, dénoncent la réhabilitation de Mahamat Saleh Kérima dans ses fonctions de maire.

Le maire Mahamat Saleh Kérima, est suspendu le 16 juin 2020 par l’Inspection générale d’État (IGE) pour malversations, détournement des deniers publics, faux en écriture publique.

Le 16 mars 2020, il est rétabli à ses fonctions par l’IGE. D’après le communiqué de presse signé au nom du conseil municipal, il a été demandé la tenue d’une session extraordinaire en pareille situation auprès de la tutelle, mais sans suite.

Malheureusement, poursuit le document, la demande d’autorisation au motif de dénoncer certaines pratiques du maire, notamment le non-respect des délibérations, l’attribution non autorisée par le maire des terrains en lieu et place de la Commission d’attribution de terrains en zone urbaine (CATZU) et le morcellement des réserves de l’État, n’a reçue de suite favorable.

Ces conseillers municipaux fustigent également la gestion opaque des biens communaux, le non-respect des textes régissant le fonctionnement… Malgré ces dénonciations, soutiennent-ils, ”ni le gouvernement, ni les responsables politiques n’ont daigné agir laissant libre cours à Mahamat Saleh Kérima à marchander son retour aux affaires”.

Contacté par Tchadinfos, le maire Mahamat Kérima rejette en bloc ces accusations. Pour lui, une ”bande d’escrocs” constituée de quelques conseillers municipaux ne saurait parler au nom du conseil municipal.

Affaire à suivre.

Tchadanthropus-tribune avec Tchadinfos

242 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire