De sources dignes de foi, une femme d’affaires répondant au nom d’Ache BABA se voit octroyer un marché suivant un contrat avec la mairie de N’Djamena pour ériger un espace de jeux d’enfants et centre d’attraction pour la période de 10 ans sur une partie de la place de la nation. Madame le maire connu pour son appétit vorace de l’argent facile aurait fait monter une fiche à l’attention d’Idriss Déby, sauf que ladite fiche n’est pas arrivée à bon port, et aurait été travestie au passage de certaine annotation “faire le nécessaire “. Qui a écrit cela et qu’a-t-il toucher en retour ? Toutefois, l’annotation aurait été transmise au maire adjoint Mr Attidjani Nourène qui conclut avec l’aval de Mariam Attahir ledit contrat – Aché BABA accepte d’acheter une maison en Égypte (Caire) pour Mme la maire. Pour faire aboutir ce contrat sans l’aval d’Idriss Déby, toutes les parties qui avaient vu le document se sont sucrées au passage. Au Tchad, avec le régime MPS chacun veut s’enrichir dans l’absolu, sinon rien. La même source de correspondance affirme que Déby mis au courant après coup serait rentré dans une colère noire. Colère d’un président de la République qui ne peut pas légiférer contre des voleurs de la république. Mariam Attahir épouse Djimet Ibet n’est pas à son 1er forfait. Elle a des appuis très hauts placés et profite de la couverture de son beau fils Senoussi Mahamat Ali à l’inspection générale de l’État, qui ferme ses yeux et ses oreilles sans complaisance. Actuellement en déplacement au Soudan avec son cher et tendre aux frais de la mairie de N’Djamena, Mariam Attahir doit s’attendre à rendre des comptes à son arrivée à N’Djamena… À suivre.

Tchadanthropus-tribune

2774 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article