D’après nos sources, le maire de la ville de N’Djamena Mr Saleh Abdelaziz se serait battu avec son adjoint Oumar Boukar. Tout serait parti d’un constat de mauvaise gestion qu’aurait compris le maire Saleh Abdelaziz Damane.

De retour d’un périple en Europe, le maire aurait constaté plusieurs mauvaises situations. Il aurait senti comme un sabotage certaines décisions prises pendant son absence. Mais la non-délégation de pouvoir pendant son absence avait poussé son adjoint à prendre des décisions qui n’avaient pas plu.

Saleh Abdelaziz Damane aurait lâché à ses collaborateurs comme quoi ils l’induisent souvent dans l’erreur pour le pousser à la faute. Qu’il sent aussi leurs antipathies envers lui, mais qu’il continuera à faire son travail tant qu’il a la confiance d’Idriss Déby. Le maire continue encore par reprocher à son adjoint d’avoir convoquer une réunion pour parler des finances de la mairie sans aucune prérogative, et que le même adjoint avait utilisé un chèque à son insu.

Le maire a remis sur la table le cas des 257 agents suspendus. “ C’est vous même qui me conseillez et après vous allez raconter en ville des mensonges “.

Toutes ces affirmations n’auraient pas plu et les invectives allaient finir par des empoignades, si ce n’est le concours d’employés présents qui avaient tout fait pour les séparer.

Quoi qu’il en soit, quand des personnes portent le sceau de la république, ils doivent être exemplaires et non se ridiculiser de la sorte aux yeux de nos compatriotes. Tous les Tchadiens savent que ceux qui sont en place sont plus attirés par l’appât du gain que le bien être de nos concitoyens. Voler comme votre éducation administrative vous le concède, mais ne salissez pas le nom de la République du Tchad.

Tchadanthropus-tribune

1074 Vues

  • M. Issa Kali, cette bavure fait aussi partie de la malgouvernance du MPS. la défaillance de Deby. vous dites que c’est la confiance et non la compétance. le tchad n’est-il pas encore vendu aux Francais?

    Commentaire par vainto le 18 mars 2020 à 11 h 49 min
  • Ils sont pourris dans leurs passés à contrevérités entre l’ans et la dds la marge est minimale. Toujours est-il que ces énergumènes verront chèrement payés leurs crimes économiques, sociaux et humains ici bas avant les jugements derniers. Nous prions chaque jour pour que notre pays soit débarrasser de ces irréductibles corrompus et vendus.

    Commentaire par Mamadou le 18 mars 2020 à 12 h 19 min