Prenons un peu de recul et réfléchissons… À voir ce qui se passe, on est tenté de porter l’index à Idriss Déby sur ses relations avec certains maires issus de son parti le MPS. Plusieurs d’entre ces maires avaient fauté, détournés à l’image de la cleptomane Mariam Attahir, mais jamais aucune sanction n’est venue mettre de l’ordre dans l’échelle des fonctions. Toutes les décisions qui lui ont été soumises ont été expédiées à la faveur des voleurs. Les gens se sont enrichis sur les budgets des municipalités et les recettes municipales en court. Qu’a fait Idriss Déby des fiches de l’IGE portées à son attention ? Comment en laissant faire de la sorte il peut en 72 heures demander un travail bien fait ? Passé les 72 heures d’ultimatum, qu’est-ce qui se passera ? Surement rien, ou une décision au paravent bancale.

 

Selon nos sources, la mairie centrale s’active à moins de 48 heures de l’ultimatum de Déby. Au lendemain de la mise en garde d’Idriss Déby Itno sur l’état des communes de N’Djamena, la maire cleptomane de N’Djamena serait descendue sur les jonches, dans quelques arrondissements.

 

Mme Mariam Attahir épouse Djimet Ibet était accompagnée des maires des dix arrondissements de N’Djamena qui ont fait une descente avec elle le mardi dernier sur plusieurs sites de drainage des eaux de pluie. Ce déplacement intervient au lendemain de la communication d’Idriss Déby mettant en garde contre « la mauvaise gestion des communes ». Idriss Deby Itno a notamment donné 72 heures aux maires de la capitale tchadienne « pour tirer des leçons de cette fâcheuse situation».

 

Il a été question de relever le blocage des caniveaux empêchant l’évacuation des eaux de pluie. Sur les cinq arrondissements visités à savoir les 2ème, 4ème, 7ème, 8èmeet 10ème, le constat est quasi identique : les caniveaux sont bouchés par des ordures et de la terre. Parmi ces communes visitées, d’autres sont déjà à pied d’œuvre pour curer les caniveaux, évacuer les ordures ou refermer les caniveaux ouverts.

 

Selon la maire de la ville de N’Djamena, Mariam Djimet Ibet, il n’est pas trop tard pour effectuer cette inspection de terrain. Elle a précisé que, « les 72 heures comme date butoir accordée par le président de la République sont largement suffisantes pour résoudre les problèmes de drainage d’eaux de pluie ». La maire a interpellé la population à appuyer les efforts de la mairie dans sa mission d’assainissement la ville, en réalisant des travaux communautaires.

 

En coulisse, certains maires d’arrondissements, en poste depuis 2012, ont affirmé que le constat du président est « une réalité indéniable » avant d’ajouter qu’ils sont en « manque de moyens » pour assainir les communes.

Tchadanthropus-tribune

2710 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article