À l’échelle de la dimension de l’homme intellectuel, de cet homme que beaucoup de Tchadiens ont apprécié dans sa narration des archives de ce pays, les autorités tchadiennes devraient permettre un jour de deuil à la mémoire de sa disparition.

Feu Garondé Djarma est une bibliothèque nationale par sa connaissance du monde politique depuis l’indépendance du Tchad jusqu’à nos jours. Ses différentes sorties ont toujours édifié la jeunesse tchadienne par les connaissances précises des archives nationales.

Sur d’autres cieux, un homme de cette valeur est plébiscité en une icône, et les reconnaissances lui sont versées. Gageons de rendre à tout compatriote la valeur de l’exemple, et portons-lui les exemples que lui témoigneront les non tchadiens quand ils évoqueront son nom.

Ainsi, en ce mois de jeûne de Ramadan, le vieil affable Garondé Djarma s’en est allé… Il ira rejoindre les patriotes qui gisent sur le sol tchadien.

Par un tweet, le président de transition s’est fendu d’un message émouvant en apprenant le décès du patriarche, lui rendant ainsi les honneurs.

En cette circonstance douloureuse, la rédaction s’incline en sa mémoire et adresse ses condoléances les plus attristées à sa famille biologique, à ses amis et proches.

Nul être n’est censé ignorer la mort, tel est le destin de l’humanité. Puisse Dieu tout puissant, en ce mois béni de Ramadan, lui accorder sa miséricorde, et l’accueillir en son paradis céleste. 

«À Dieu nous sommes, et c’est vers lui seul que chaque être reviendra»

Tchadanthropus-tribune

1866 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire