LA VICTOIRE DE KOUYOU ABDELKADER FADOUL.

 

Tu étais resté debout, regardant le ciel bleu et la lèvre serrée entre tes incisives,
lorsque tu t’écroulais devant ces lâches du système Déby qui t’avaient poignardé sur le dos.

 

Oui ! Devant ces lâches, ton ronronnement d’invaincu se sentait dans le ciel tchadien comme un lion blessé. Tu as été assassiné pour avoir refuser de suivre un système mafieux, a sa tête un homme qui ne lésine pas pour voir le Tchad brûler. Tu as toujours refusé le népotisme et le mal gouvernance dans notre pays. Oui ! On t’a poignardé sur le dos parce que, tu as tous refusé, afin de te sacrifier pour la paix et la justice dans ton pays.

 

Ce système mafieux avait refusé à sa chère maman de pleurer son fils, à ses frères et amis de lui faire les prières d’implorer dieu afin de l’accueillir dans son paradis. Le régime croyant ou pensant que, Abdelkader Fadoul Kouyou serait ressuscité, empêchait à sa famille, de faire le deuil de leur fils. Quel pays ! Ou, un état a peur d’un mort ? La liberté et la paix voulue par Abdelkader, seront au rendez-vous. N’en déplaise aux mafieux du système.

 

La veuille de son assassinat, j’échangeais avec lui et me disait ceci : (mon frère !chaque chose a une fin. Il y aura la paix et la justice chez nous. Rien n’est éternel. Disait-il) Je ne savais pas que, c’est la dernière fois que j’entendais sa voix. ABDELKADER FADOUL KOUYOU N’EST PLUS, mais beaucoup ne se regarderont pas dans les yeux.
“À dieu cher frère et que ton âme repose en paix dans le meilleur de paradis “.

 

Doki Warou Mahamat

1794 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article