Cher ami,

C’est depuis Rome, participant à un colloque sur le Tchad, que j’ai appris avec effroi la nouvelle de ta mort.

Il n’y a pas longtemps, à mon retour de Dakar, nous partagions plusieurs détails sur le pouvoir politique sur notre pays.

Je saisi l’occasion triste et émotive qui est la mienne pour adresser mes condoléances à sa famille biologique, à ses amis, ceux de ma génération, et à ses proches et connaissances.

Le Tchad perd en lui un cadre chevronné qui malheureusement n’a pu exercer dans son pays, ayant fait carrière à la BAD à Abidjan en côte d’Ivoire.

C’est aujourd’hui que son corps sera porté en terre.

Nul être ne puisse ignorer la mort, tel est le destin de l’humanité. Qu’Allah tout puissant puisse lui accorder sa miséricorde et lui ouvrir les portes du paradis céleste.

« À Dieu nous sommes, et c’est vers lui seul que chaque être reviendra »

ASSILECK HALATA Mahamat

Tchadanthropus-tribune

719 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire