La nouvelle est tombée hier tard dans la nuit à N’Djamena. Timan Déby, celui qui a servi son frère de président (Idriss Déby) avec loyauté, est mort à l’hôpital de la renaissance dans la capitale tchadienne. La source ne dit pas de quoi il est décédé à part qu’il serait malade.

Pour info, Timan Déby est celui qui a scellé pendant longtemps la communauté Zaghawa du Soudan et celle du Tchad à travers des diverses alliances intercommunautaires. Les filiations de Timan Déby avec la communauté Béri ont permis de souder et calmé les tensions contre Idriss Déby surtout depuis la mort du Dr Khalil, responsable 1er du MJE. C’est grâce à ces liens que jadis la rébellion soudanaise avait ses entrées auprès du régime MPS, et d’ailleurs c’est fort de cet entregent qu’à maintes reprises la rébellion soudanaise a volé au secours du pouvoir Déby à chaque fois qu’il était sur le point de tomber.

Les fissures du clan.

Il faut le dire sans ambages que les réactions disproportionnées d’Idriss Déby lors de la substitution du turban de “sultan des Beris à Amdjaress “ d’un certain Timan Déby avaient créé un malaise au sein de cette communauté, surtout que cette humiliation vient après l’assassinat du chef du MJE le Dr Khalil Ibrahim dont certains observateurs voient la main du régime Déby même si cet assassinat ne désigne pas directement le pouvoir tchadien.

Depuis lors, plusieurs faits sont venus ternir le sceau qui existait entre le pouvoir de Déby et la communauté qui l’a soutenu pendant plus d’une décennie. Aujourd’hui, plusieurs Beris qui étaient proches de Déby ont amorcé un recul net envers le pouvoir dont une grande majorité avait profité.

Avec le décès de Timan Déby, le dictateur tchadien vient de perdre une caution irremplaçable, surtout que plusieurs observateurs de la politique au Tchad prédisent le crépuscule du pouvoir de Déby.

Timan Déby de par son aura au sein de cette communauté Béri pouvait calmer les animosités et les hostilités envers le pouvoir MPS. Sa perte laisse un vide colossal envers Déby lui-même qui perd en lui d’abord un frère, ensuite un conseil dans le jeu stratégique de la gestion des clans. Plus que jamais Idriss Déby doit avoir peur tant les signes négatifs contre son pouvoir naissent à ses frontières Nord et Est. Plus que jamais Idriss Déby devrait soigner son approche envers sa communauté dont les signes de colère deviennent légion.

Les condoléances

La rédaction profite de cette triste nouvelle pour la famille pour présenter ses condoléances aux familles, amis et proches du défunt, notamment pour ses enfants. La mort est la suite logique de tout être. Quiconque épris de religion et de sagesse doit se remémorer et respecter le seuil de la mort. Tel est l’enseignement divin. “ A Dieu nous sommes, et c’est vers lui seul que nous reviendrons “.

Tchadanthropus-tribune

3889 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article